10 raisons pour retourner vivre en Afrique

10 raisons pour retourner vivre en Afrique

La diaspora Africaine dans le monde constituée d’experts en tous genres, d’hommes d’affaires et de sportifs influents pourrait impacter positivement la croissance et le développement du continent. Bien que la fin des crises qui secouent le continent n’est pas pour demain, toutefois force est de constater que l’Afrique demeure une mine d’or à explorer. Potentiellement dotée de ressources naturelles, l’Afrique donne toujours l’apparence d’une foret vierge. La défaillance sur la qualité de la formation de la population active pouvait en son temps repousser les investisseurs. Il est désormais à noter la qualité des formations et autres écoles supérieurs tel que Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion (Cesag) de Dakar. La diaspora Africaine, avec un important portefeuille est longtemps restée réticente à investir sur le continent, alors que les feux semblent passés au vert tant au niveau politique, économique et infrastructure. Oeil d’Afrique vous propose une liste non exhaustive des points qui pourrait aider la diaspora à revenir en Afrique.

  1. Stabilité et alternance

    abdoulaye-wade-macky-sallCette Afrique des coups d’État à répétition, est bien décidée à tourner la page. Les gouvernants, conscients de la légitimité que leur confèrent les peuples aux travers des urnes, ne peuvent que s’adapter aux principes démocratiques. Aussi, tout développement durable ne pouvant s’appuyer que sur la stabilité politique et l’alternance au pouvoir d’État, des vents nouveaux ont soufflé sur le continent. Le Sénégal est l’un des rares pays qui peut se vanter de la stabilité de ses institutions illustré par les derniers élections présidentielles qui a vu la victoire de Macky Sall face à Abdoulaye Wade. Ce pays qui à maintes occasions exprimé son grand attachement pour la démocratie a toujours réussi à surmonter par les urnes ces difficultés. Le Ghana après des années de turbulence qui ont duré environ deux décennies, a su puiser dans ses ressources à l’effet de taire toutes les rancunes et parler développement et avenir. John Dramani qui ne fait que perpétuer la volonté des Ghanéens à ne plus faire machine arrière, continue de faire du Ghana un exemple. Au Kenya du pionnier de Jomo Kenyatta, la sagesse et l’humilité ont fini par habiter les principaux acteurs politiques. En mettant en avant l’intérêt supérieur de la nation Kenyane, Raila Odinga et le président Uhuru Kenyatta, élu au terme de la présidentielle de 22 mars dernier, ont montré au monde entier une maturité et une grandeur d’esprit. Par effet de contagion, c’est dans cette logique que nous assisterons aux prochaines élections sur le continent. L’alternance au pouvoir d’Etat est devenue un leitmotiv pour tous.

  2. Bonne gouvernance

    584741_karim-wade-fils-de-l-ancien-president-senegalais-abdoulaye-wade-fait-un-signe-de-la-main-pendant-son-arrestation-le-15-avril-2013-a-dakarSi la corruption et les détournements de deniers publics avaient été érigés en mode de gestion, à ce jour l’Afrique arbore un meilleur profil. L’ex super ministre sénégalais, Karim Wade, sous le mandat de son père Abdoulaye Wade déchu aux élections de 2012, croupit dans les geôles de la prison de Rebeuss depuis le 15 avril pour enrichissement illicite. En effet, de fortes présomptions de détournements portant sur la somme 303 milliards pèsent sur le fils Karim. L’État Sénégalais avec sa tête un certain Macky Sall, a rompu le cordon ombilical d’avec les pratiques ancestrales. La cour de justice Sénégalaise rendra bientôt son verdict quant à ce procès. En Côte d’Ivoire, l’affaire Bolloré dans la session du 2eme terminal à conteneurs, secoue l’exécutif. Niant tout droit de réserve en sa qualité de ministre du commerce siégeant au gouvernement, Jean Louis Billon a dénoncé de façon officielle la concession de ce 2eme terminal à conteneurs du port autonome d’Abidjan à Bolloré. Cette sortie du ministre Ivoirien, ne l’est pour trahir un secret, qu’une question de bonne gouvernance. L’affaire est pendante devant le tribunal des affaires de l’UEMOA (Union monétaire Ouest Africain) qui statue sur la concession de ce terminal.

  3. Croissance économique

    Croissance AfriqueRelativement à la croissance économique, nous observons un regain de compétitive d’une économie Africaine très ouverte sur le reste du monde. Avec un taux de croissance en deçà du zéro en 2009, ce chiffre passera à 4,9% en 2011, le même qu’en 2012. Pour l’année 2013, les finances internationales, Banque mondiale et FMI, prévoient une hausse de ce taux qui devrait oscillée entre les 5 et 5,5%. Cette hausse est due à l’exploitation des ressources pétrolières, minières et gazières et à un assainissement de la gestion économique. Alors qu’à l’inverse, de nombreux pays développés sont pris dans une spirale descendante se renforçant grâce à un chômage élevé, une faiblesse de la demande globale exacerbée par l’austérité budgétaire, un endettement public élevé et un système financier toujours fragile. Face à une économie mondiale moribonde, l’Afrique renoue avec la croissance. En maintenant ces efforts constants, la croissance à deux chiffres pourrait être atteinte globalement à l’horizon 2020.

     

  4. Dispositif légal

    COLOURBOX14556131Les organisations d’intégration sous régionales telles que la CEDEAO, pour l’Afrique de l’Ouest, la CEMAC pour l’Afrique centrale, la SADEC pour l’Afrique Australe, travaillent toutes à l’amélioration d’un environnement juridique qui devra protéger les investissements. Aussi, les appels d’offre relatifs aux marchés publics sont désormais ouverts à la compétition. Les gouvernements sont tous appelés à mettre fin aux passations de marchés de gré à gré. L’environnement des affaires est rendu attractif car facilitant l’installation des entreprises. Les délais pour la création d’une entreprise sont réduits au minimum. En 48 heures, au Sénégal et en Côte d’Ivoire, le demandeur doit en avoir fini avec les démarches administratives. La libre circulation des africains de pays en pays n’est lus un rêve mais une réalité rendu possible par les différents organisations continentales cités plus haut.

     

  5. Infrastructures économiques,

    Congo-Brazza-Amélioration-des-infrastructures-routièresRoutes, aéroports, bâtiments officiels, hôpitaux, les dirigeants du continent ont enfin compris l’importance à accorder aux infrastructures afin de passer de pays pauvres à pays émergeants. Les transports, l’énergie et les télécommunications qui garantissent le dispositif de développement sont au cœur des priorités en Guinée Équatoriale, au Tchad, au Congo, au Cameroun… D’ailleurs le New York forum Africa, tenu en juin dernier à Libreville au Gabon a longuement épilogué sur la question. Investir dans les infrastructures est un secteur en plein essor en Afrique.

     

  6. Hausse du pouvoir d’achat,

    super marché afriqueLa hausse du pouvoir d’achat des Africains est une réalité et l’émergence d’une classe moyenne de plus en lus avide de consommation. Pour la Banque africaine de développement, l’émergence rapide de la classe moyenne fait qu’elle compte à ce jour plus de 350millions de personnes. En outre, des analystes du McKinsey Global Institute estiment que les dépenses générales en consommation à travers le continent vont dépasser la barre des 1000 milliards de dollars pour cette année 2013. Les investisseurs sont donc invités à saisir leur part d’opportunités sur le continent.

     

  7. Agriculture,

    Agriculture AfriqueEn référence à la croissance rapide de la population mondiale (dépassant récemment la barre des 7 milliards), la production agricole mondiale doit augmenter dans l’optique de répondre à cette croissance. La majeure part de cette augmentation de la production agricole proviendra de l’Afrique. En effet, toujours selon McKinsey Global Institute, le continent abrite actuellement 60% du total mondial des terres arables et non cultivées. L’Afrique est donc mure pour la révolution verte et peut de ce fait, être le grenier du monde.

     

  8. Qualité de vie,

    libreville GabonLa qualité de vie en nette progression, avec un taux prévisionnel de croissance de 5,5% en 2013. Les indices qui renvoient à cette notion notamment l’environnement politique et social, l’environnement économique et socioculturel, la santé, l’éducation, les services publics et transports, les infrastructures urbaines, les loisirs, les biens de consommation, le logement et l’environnement connaissent une amélioration. Dans le classement des villes à qualité de vie évidente, la capitale Gabonaise, Libreville, qui occupe la 13eme place et se situe derrière Port-Louis (Ile Maurice), Cape Town et Johannesburg (Afrique du Sud), Victoria (Seychelles), Tunis (Tunisie), Rabat et Casablanca (Maroc), Windhoek (Namibie), Gaborone (Botswana), Lusaka (Zambie), le Caire (Egypte), et Dakar (Sénégal). L’Egypte avec les remous a du perdre son rang.

     

  9. Absence de concurrence

    concurrenceLe marché Africain bien que compétitif, n’est pas concurrentiel. Nombreux sont les monopoles qui existent encore dans divers secteurs et pays, notamment celui des énergies renouvelables (juste un exemple). Toutefois, les chinois qui renforcent leur présence sur le continent pourraient à terme occuper tous les secteurs.

     

  10. Les besoins basiques

    ramadan6Suivant le secteur d’activité, il n’est pas forcément nécessaire d’être au top de la technologie, tant les besoins basiques sont importants. Des produits simples, efficaces et peu chers, auront parfois plus de succès en Afrique que les mêmes plus sophistiqués et beaucoup plus chers. Il faudrait ajouter à cela, la facilité pour la diaspora de rencontrer les autorités. Voici autant d’atouts qui doivent convaincre la diaspora à venir à l’abordage d’un marché dynamique, qui n’attend que preneur.

    Jonas Saraka
    avec
    Roger Musandji
    Oeildafrique.com

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
afriquecrisediasporainvestirolitique

Related Articles

Soudan du Sud: Salva Kiir soutenu par l’Ouganda exclut tout partage de pouvoir avec le rebelle Riek Machar

  La crise au Sud Soudan devient plus sérieuse qu’on ne la croyait. Alors que beaucoup pensent que la médiation

Avec le 4×4 Kantanka, le Ghana rentre dans la famille de l’industrie automobile

L’industrie automobile mondiale compte un nouveau pays producteur: le Ghana. Un inventeur passionné a réalisé son rêve de créer une

Récit de l'entrée de la famille Kadhafi en Algerie

  La famille El Gueddafi aurait attendu quatre jours avant de se voir octroyer l’autorisation d’entrer en territoire algérien par

1 commentaire

Espace commentaire
  1. E.Ibrahima Sow (@Ibrahima9301)
    E.Ibrahima Sow (@Ibrahima9301) 10 novembre, 2014, 21:15

    Tres belle article! Il restes encore ENORMEMENT de travail avant que l’Afrique ne soit ne serait ce qu’en voie de developpement, mais il y a de la place pour l’optimisme. l’Afrique est l’avenir du monde, il faut que les Africains en prennent conscience et se mettent au travail

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*