Afrique du Sud: bagarre au Parlement entre l’opposition et le service d’ordre

Les députés d'un parti sud-africain d'opposition échangent des coups de poing avec des membres de la sécurité du parlement, le 17 mai 2016 au Cap|AFP

Les députés d’un parti sud-africain d’opposition échangent des coups de poing avec des membres de la sécurité du parlement, le 17 mai 2016 au Cap|AFP

Les députés d’un parti sud-africain d’opposition ont échangé des coups de poing avec des membres de la sécurité du parlement mardi pendant quelques minutes alors qu’ils étaient expulsés de force de l’hémicycle, où ils réclamaient le départ du président Jacob Zuma.

« Le président a brisé son serment, il a délibérément violé la Constitution. C’est Zuma qui devrait partir », ont scandé une vingtaine de députés du parti de gauche radicale des Combattants pour la liberté économique (EFF), avant de donner des coups de poing et de jeter des bouteilles d’eau aux forces de sécurité qui venaient les expulser.

C’est la deuxième fois en deux semaines que les élus EFF, vêtus de leur traditionnelle combinaison rouge de mineurs, sont chassés manu militari de l’Assemblée.

L’incident qui s’est déroulé mardi sous les yeux impassibles du président Zuma est intervenu quelques minutes avant une séance de questions-réponses entre les parlementaires et le chef de l’Etat.

Les députés EFF, emmenés par le leader populiste Julius Malema, demandent la démission de Jacob Zuma, reconnu coupable d’avoir violé la Constitution et empêtré dans plusieurs scandales de corruption.

Fin mars, la Cour constitutionnelle, plus haute juridiction sud-africaine, avait reconnu le chef de l’Etat coupable d’avoir violé la Constitution pour n’avoir pas remboursé une partie des 20 millions d’euros d’argent public utilisés pour rénover sa résidence privée.

Jacob Zuma pourrait par ailleurs être de nouveau poursuivi pour plus de 700 accusations de corruption dans un contrat d’armement.

« Nous avons écrit à votre bureau pour demander que Zuma ne soit pas autorisé à siéger au Parlement. Il y a un jugement de la Cour constitutionnelle contre lui », a lancé un député EFF, Mbuyiseni Ndlozi, à la présidente du Parlement, Baleka Mbete.

Les EFF, qui ont fait leur entrée au parlement lors des dernières élections générales de 2014 avec 25 députés, devenant la troisième force politique du pays, perturbent régulièrement les débats à l’Assemblée pour demander la démission de Jacob Zuma.

Ils espèrent confirmer leur ancrage dans le paysage politique sud-africain lors des prochaines élections municipales qui se tiendront le 3 août.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
afrique du sudparlementpolitique

Related Articles

Afrique du Sud : Oscar Pistorius plaide « non coupable » à l’ouverture de son procès

Le champion paralympique Oscar Pistorius s’est présenté ce lundi devant le tribunal sud-africain pour l’ouverture du procès d’assassinat de sa

Massacre de Marikana: la chef de la police sud-africaine suspendue

Plus de trois ans après le massacre de mineurs par la police à Marikana, le président sud-africain Jacob Zuma a

Afrique du Sud : les amis gênants du président Zuma

Cet Airbus A330-200 n’a pas eu besoin d’attendre son tour, le 30 avril, pour poser ses roues sur le sol sud-africain. Le tarmac de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*