Afrocentricité ou Afrocentrisme ?

Afrocentricité ou Afrocentrisme ?

Beacoups parlent d’afrocentrisme ou d’afrocentristes des qu’ils entendent des noirs africains ou afrodescendants parler d’histoire de l’Afrique. De ce fait ils confondent les notions d’AFROCENTRICITE et d’afrocentriques et les notions d’AFROCENTRISME et d’afrocentristes. Mais qu’est ce que l’Afrocentricité ? Qu’est ce que l’Afrocentrisme ?

 

L’Afrocentricité (Afrocentricity ) est un concept qui est né à l’origine dans le monde noir américain.La définition de, l’Afrocentricité vient du Pr noir américain Molefi Kété ASANTE dans son livre intitulé : l’Afrocentricité (traduit par Ama Mazama).Extrait : « L’Afrocentricité nous presse, nous commande de nous réinscrire, de nous repenser, comme sujets de notre propre existence, et d’en tirer, de façon systématique, toutes les implications. Il s’agit-là d’une démarche profondément révolutionnaire qui assène un coup fatal à la prétention et à l’arrogance occidentale dans la mesure où elle n’exige rien de moins qu’une rupture épistémologique d’avec l’Occident et une reconstruction volontaire et consciente de nous-mêmes sur des bases africaines. »

 

Autrement dit, être afrocentrique, c’est regarder, penser, analyser l’Afrique et le monde à travers un miroir autre que le miroir occidental qui nous a toujours été présenté.

 

Etre afrocentrique c’est s’aimer soi même en tant qu’africain et s’assumer en tant que tel a tous les niveaux grâce, a la connaissance de notre histoire, de façon à pouvoir dignement valoriser tout notre héritage culturel, l’assumer entièrement et avec fierté devant la face du monde entier, de façon à avoir un dialogue interculturel fécond avec le reste de l’humanité toute entière.

 

Ceci induit une remise en cause progressive de toute l’aliénation et toutes les contrevérités qu’on nous a enseignées depuis notre enfance, et un retour a nos valeurs ancestrales, notre philosophie et nos principes les plus fondamentaux qui existent depuis toujours.

 

Selon Moléfi Kété Asanté, les Africains au sens large (africains, afrodescendants, et diasporas noires a travers le monde) ne pourront efficacement contribuer à l’humanité que s’ils se reconnectaient à leur propre africanité que s’ils se rappropriaient et réinvestissaient leurs héritages ancestraux, dans tous les domaines de l’activité humaine : politique, économique, culturelle, spirituelle, philosophique, etc. Ils réhabiliteraient par là-même leur propre conscience historique collective, en vue de redevenir les principaux acteurs de leur vie individuelle ou collective. Il s’agirait, selon lui, pour les Africains éparpillés au monde de  renaître à eux-mêmes, se reconcilier avec eux-mêmes ( c’est-à-dire avec cette Afrique dont ils ont longtemps eu une perception négative ou qu’ils ont longtemps rejeté) et de reprendre leur destin en main, après avoir été vaincus par les Européens/Occidentaux au cours des cinq derniers siècles. En somme, à travers l’afrocentricité, l’Africain d’où qu’il soit réapprendrait, selon lui, à se connaître soi-même, jusqu’à mobiliser des moyens scientifiques  dans ce but, pour ensuite penser et agir en fonction de cette connaissance de soi enracinée dans son histoire afin de transformer sa société (l’Afrique) et remettre le continent sur la bonne voie.

 

Etre afrocentrique c’est analyser les choses du point de vue africain,  porter un regard africain sur tout ce qui nous entoure, nous percevoir nous même d’un point de vue africain, puiser dans l’expérience et les connaissances africaines afin d’apporter des solutions africaines  aux défis futurs que doit relever le continent. Ces pourquoi l’afrocentricité valorise les travaux des chercheurs qui ont travaillé profondément sur l’histoire africaine (comme Cheikh Anta Diop) et qui ont apporté ou proposé des solutions africaines aux problèmes de l’Afrique et a son devenir.

 

L’Afrocentricité ce n’est donc pas le racisme le rejet d’un quelconque groupe ou peuple humain sur la terre (asiatiques, européens, etc..) mais c’est avant tout s’aimer soi même et utiliser cet amour et cette connaissance de soi pour mettre cela au service et au profit du continent. Ceux qui sont en phase avec ces idées et ces propositions novatrices du professeur Moléfi Asanté sont appelés AFROCENTRIQUES et non AFROCENTRISTES.

 

Qu’est ce que l’Afrocentrisme ?

 

L’afrocentrisme est un terme inventé par madame Mary Lefkowitz, une sociologue américaine (qui n’est ni égyptologue, archéologue, scientifique ou historienne), d’origine européenne a travers un ouvrage tristement célèbre intitulé Not out of Africa : How Afrocentrism Become an Excuse to Teach Myth as History, qui peut se traduire par : Pas hors d’Afrique: Comment l’Afrocentrisme est devenu une excuse pour enseigner un mythe à la place de  l’histoire.

 

Elle a fait ce livre pour attaquer tout la prise de conscience qui se fait en ce moment au sujet de toute l’histoire des noirs qui a été occultée pendant des siècles, pour attaquer la notion d’Afrocentricité du professeur Asanté et semer les confusions.
Dans son livre madame Mary Lefkowitz décrit l’Afrocentrisme comme un racisme a rebours, c’est-à-dire un racisme des temps modernes des « noirs » vis-à-vis des « blancs », en réponse au racisme que les africains ont subi des européens (théories raciales européennes, esclavage, etc..).

Dans son livre, elle prétend que l’Afrique n’a pas d’histoire et que  l’Afrocentrisme est un courant raciste inventé par les noirs, qui frustrés de n’avoir jamais eu d’histoire, se sont inventé eux même prétendue histoire sans preuves, sans recherches et sans fondements, donc une histoire basée sur des mythes, des  légendes et des faits qui n’ont jamais eu lieu, pour se donner de la consistance et se valoriser aux yeux des blancs ( qui ont tout créé) ainsi qu’aux yeux des autres peuples  du monde.

 

Pour Mary Lefkowitz ceux qui sont dans ce qu’elle appelle l’afrocentrisme sont des menteurs, car:

 

Ils « mentent » en affirmant (sur la base des recherches et des preuves) que l’Afrique est le berceau de l’humanité et que l’homme est sorti d’Afrique pour peupler les 4 coins du monde. c’est cela d’abord le sens du titre de son livre: Not out of africa (Pas hors d’Afrique)

 

Ils « mentent » en affirmant (sur la base des recherches et des preuves) que l’Afrique est le berceau des plus anciennes civilisations de l’humanité.

 

Ils « mentent » en affirmant (sur la base des recherches et des preuves) que les anciens égyptiens étaient des noirs, qu’ils étaient issus des profondeurs du continent, et que la civilisation pharaonique était africaine.

 

Ils « mentent » en affirmant (sur la base des recherches et des preuves) que ce sont les noirs (civilisation pharaonique) qui on civilisé les européens (grecs, etc…)

 

Ils « mentent » en affirmant (sur la base des recherches et des preuves) que les européens (grecs…) ont eux même affirmé avoir été civilisés par les noirs (égyptiens)

 

Par ailleurs elle insulte les auteurs africains tels Cheikh Anta Diop, en traitant celui-ci de « fondateur de l’afrocentrisme » (c’est à dire du courant dont elle a elle-même inventé le nom), alors que ce mot n’existe nulle part dans aucun écrit de Cheikh Anta Diop, ni dans aucun de ses discours. Elle attaque tous les auteurs et chercheurs africains qui ont travaillé sur  l’histoire l’Afrique dans le sillage de Cheikh Anta Diop.

 

En somme pour Mary Lefkowitz etre afrocentriste c’est dire la vérité scientifique, selon laquelle l’afrique est le berceau de la vie, de l’humanité et de la civilisation), par conséquent ne pas être afrocentriste c’est mentir en véhiculant les rumeurs et les fausses informations véhiculées depuis toujours sur l’Afrique. C’est Mary Lefkowitz qui a inventé la notion négative d’afrocentrisme et qui a inventé la notion « d’AFROCENTRISTES » pour attaquer et dénigrer les gens (africains et afrodescendants) qui s’intéressent a leur véritable histoire. Et les medias occidentaux ont vite fait de relayer ces termes « afrocentrismes et afrocentristes » afin de brouiller les pistes, ce qui fait que ce mot se retrouve sur les lèvres de beaucoup de gens qui répètent ces  mots ( afrocentrismes et afrocentristes)  sans savoir d’où il sortent, qui les a inventés et pourquoi.

 

Voila pourquoi ceux qui parlent d’afrocentrisme ou d’afrocentristes se trompent lourdement et sont dans l’erreur.

 

Alors êtes vous afrocentrique (Cheikh Anta diop, Moléfi Kété Asanté, Théophile Obenga, etc..) ou êtes vous afrocentristes (invention de Mary Lefkowitz) ? Nous pour notre part nous considérons comme des AFROCENTRIQUES !!! Et non comme des AFROCENTRISTES !!!

 

Sources: African history-Histoire africaine

l’Afrocentricité, Editions Meinabuc du Professeur Moléfi Kété Asanté

Not out of Africa : How Afrocentrism Become an Excuse to Teach Myth as History de Mary Lefkowitz


Tags assigned to this article:
afrocentricitéAfrocentrisme

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Hilali
    Hilali 19 novembre, 2016, 00:34

    Mensonge, afro centristes vous etes retarder , quant les européens et les arabes ont cesser d utiliser les armures et épées depuis plusieurs centaine d année, pour des fusils, ont trouvait des noirs au 20e siècles (début) avec l équipement occidental ou/ et arabes datant des croisades quant ils n était pas à l age de pierre , donc logique que des traits ou objet ai pu traverser les époques ou lieues comme via la nubie, les sumeriens ont inventé la roue c est pas pour sa que le plus grand producteur de voiture au monde les USA sont un pays sumeriens, que l appuie tetes soit inventer en Égypte antique et qu’ il soit utilisée par des populations primitifs ne prouve rien du tout , pas plus que des influences supposé du polytheisme égyptiens sur le paganisme animisme negre, quoi qu il en soit aucune civilisation (aphabet, batiment, lois, philosophe,etc) ne sort du Congo, Cameroun, Burkina Afrique du Sud central ouest etc et tout les pays dont vous etes issus .

    Les sonikes,peulh bantou, pygmées, dogons,hottentotes, etc n ont rien ni de rapport aux afrasiens, le premier Roi au monde c est enmerkar (nmr en akkadien) le sumerien appeler nimrod dans la religion (racine nmr), le souvenir des origine mesopotamiene des pharaon égyptiens ce retrouve dans le nom de narmer (nmr) le premier pharaon, les arabes hyksos les rois bergers sont des arabes et ils ont ramener le cheval en Égypte alors inconnu comme le char il est connu que c est ismail ibn ibrahim (aleyhi salam) le mesopotamien qui fut le premier à élever et monter les chevaux , pout c est le pays des pheniciens, selon herodote les égyptiens croiyait descendre de la race phrygienne anatolienne , et pensait qu ils était aussi brun que les indiens du Nord , les caucasiens colchide de la Caspienne et des scythes thrace eurasien lol les premier égyptien sont issu des natoufiens levantin et anatolien, et la race dynastique est mespotamienne, voilà enfin, dix-neuf siècles avant notre ère, une stèle fut érigée par Sésostris III et portait cette inscription :

    « Frontière sud, stèle élevée en l’an VIII, sous le règne de Sésostris III, roi de Haute et de Basse-Égypte, qui vit depuis toujours et pour l’éternité. La traversée de cette frontière par terre ou par eau, en barque ou avec des troupeaux est interdite à tout noir, à la seule exception de ceux qui désirent la franchir pour vendre ou acheter dans quelque comptoir. Ces derniers seront traités de facon hospitalière, mais il est à jamais interdit à tout noir, dans tous les cas, de descendre le fleuve en barque au-delà de Heh. »
    Nous afrasiens avons, Uagarit, eblaite, Carthage, phenicie, Babylonie, Égypte, Assur, Palmyre, Akkad, Amorite, de l Espagne a l Iran, de l’inde à la Chine,sous les omeyyades et abbasside nous avons reelement dominé le monde sans fantasme ce sont des colons natoufiens afrasiens égyptiens et arabe qui ont fécondé l Éthiopie et la nubie , la ou nous somme pas venu c est comme le Congo, vous n avez rien je vais meme aller plus loin, selon l’homme de loi et historiographe noir Abderrahman ben Abdallah ben Imran ben Amir Es Sa’di, né le 28 mai 1596 à Tombouctou mort vers 1656, il nous révèle, dans son ouvrage Tarikh es-Sudan (littéralement : « Histoire du pays des Noirs ») que les fondateurs de l’empire du Ghana – historiquement le premier empire de l’Ouest africain, les suivants étant ceux du Mali et du Songhay – étaient blancs

    En 650 Jc Un chef berbère de Libye, Za el-Ayamen, fuyant l’invasion arabe du califat Rashidun sous Uthman ibn Affan (radi Allah anhu) fonde le royaume songhai et établit sa capitale à Koukia sur une ile du Nigeri qui était blanc, chez les Zaghawa, la dynastie des Sefuwa, qui domina la région du Kanem (Tchad) dès le 11e siècle, prétendait avoir pour ancetre le héros yéménite Sayf Bin Dhi Yazan, les petites ruines du Zimbabwe qui, selon l archéologue anglais Richard Nicklin Hall qui s’était appliqué à prouver la théorie de la colonie phénicienne avec de bons arguments scientifiques. Il avait fait lui-même des fouilles, couronnées de succès, à Zimbabwe.
    Théodore Bent sur le Grand Zimbabwe, construit selon Bent et ses amis par les « Himyarites de l’Arabie », regroupés par eux dans la catégorie des Phéniciens.
    Elle fut ensuite un relais arabe omanais dans le même style que kilwa une de nos oeuvres sur la route au esclaves… Les haoussa vienne d’une population blanche negrifiier avec les bantous, mais ils porte l haplogroup europid r1b venu au Tchad ya 6000 ans depuis l eurasie via le levant ou ils apprirent la langue afrasienne pour en faire le proto tchadique.

    Chez les Haoussa du Nigeria, certaines traditions se rapportent également à Lamurudu cité plus haut, mais une légende plus répandue soutient que leur ancetre commun est le prince Bayajida, déformation de l’arabe Abu Yazid. Ce dernier, originaire de Bagdad, aurait tué un serpent qui terrorisait la reine locale, Daura. Celle-ci accepta alors de l’épouser et lui donna un fils, Bawogari. Puis Bayajida eut un autre fils d’une concubine, Karbogari. Chacun des fils eurent eux-memes sept fils, chacun à l’origine d’un des quatorze royaumes de la région. Cette légende se retrouve dans la tradition orale, mais aussi dans la Chronique de Kano, un manuscrit arabe local remontant au 17e siècle qui relate l’histoire de cette ville en se basant sur les traditions locales. L’origine arabe ou blanche des Haoussa, justifiée par ces traditions, fut en outre relayée ultérieurement par les chercheurs occidentaux, qui considéraient que cette légende reflétait une réalité historique (Adamou, 1991 : 179).

    D’après Babou Condé, un griot du Haut-Niger qui a livré sa version de l’Histoire de l’ancien Mali à Camara Laye, il existait autrefois entre la Guinée et le Mali le royaume de Tabon. Ce royaume aurait été fondé dès le 7e siècle par un certain Abdoul Wakass, venu d’Arabie. Après avoir traversé l’Egypte, il serait allé plus à l’Ouest jusqu’à arriver chez les Tabonka. Ceux-ci en firent leur roi car il était lettré et connaissait l’arabe. Abdoul Wakass épousa alors une fille de la famille Camara et unifia le pays (Laye, 1978 : 33).

    Tu va me dire que les arabes était noir ? Non mon pauvre jamais de la vie. Dans un très vieux poème, Quraysh, la tribu mecquoise de premier plan, subit ainsi le mépris pour avoir déployé des soldats africains :

    « Ta retraite de lache a déshonoré Quraysh,
    Tout autant que l’engagement de Noirs aux larges épaules » ».
    A Uhud plus tard, un Ethiopien du nom de Su’ab fut le porte-bannière des Qurayshi jusqu’à sa mort. Cela aussi provoqua les sarcasmes :

    « Vous vous vantiez de votre drapeau ;
    Pourtant la pire raison de se vanter
    Etait d’avoir donné un drapeau à Su’ab.
    Vous avez fait vantardise d’un esclave,
    la créature la plus misérable
    Qui ait jamais foulé la terre »

    Plus tard sous les abbassides al masudi l herodote arabe disait :  » Taous el-Yemani, compagnon d’Abdallah, fils d’el-Abbas, ne touchait pas à la chair d’un animai tué par un Zendji, parce que, disait-il, le Zendji est un être hideux.

    J’ai entendu dire qu’Abou’l-Abbas er-Radi billah, fils d’el-Moktadir, n’acceptait rien de la main d’un noir, parce que c’était un esclave hideux.

    J’ignore s’il se conformait, en agissant ainsi, à la doctrine de Taous, ou s’il suivait quelque précepte philosophique particulier. »

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*