Antoinette Montaigne, élue de Seine-et-Marne devenue ministre en Centrafrique

Antoinette Montaigne, élue de Seine-et-Marne devenue ministre en Centrafrique

antoinette-montaigne-elue-ump-deleguee-a-la-cooperation_792923_510x255

Antoinette Montaigne, Ministre de la Communication dans le gouvernement de transition de Centrafrique 

Une conseillère municipale de Bussy-Saint-Georges (Seine-et-Marne) a été nommée ministre du gouvernement de transition centrafricain et a déjà rejoint le pays, a-t-on appris mercredi auprès du maire de la commune, confirmant une information du Parisien.

Le Premier ministre centrafricain André Nzapayeke a formé lundi dernier son nouveau gouvernement de transition, qui compte sept femmes. Les ministres sont à la fois de proches de l’ex-rébellion Séléka et des milices chrétiennes, ainsi que de figures connues de la politique centrafricaine. Pour la diaspora africaine résident en France, la bonne surprise vient de la nomination au poste de ministre de la Communication dans le gouvernement de transition de Centrafrique d’Antoinette Montaigne, élue UMP déléguée à la coopération décentralisée à la ville de Bussy-Saint-Georges, qui possède la double nationalité française et centrafricaine.

« Très engagée sur les questions de coopération »

Hugues Rondeau a par ailleurs rappelé le parcours de Mme Montaigne, une femme « très engagée sur les questions de coopération », selon lui, et originaire du nord de la Centrafrique.

« C’est un poste qu’elle mérite, une vraie reconnaissance de son travail », tout en soulignant que sa tâche ne serait « pas facile ». a déclaré à l’AFP Hugues Rondeau, maire de la commune. Antoinette Montaigne, ancienne conseillère municipale devenu ministre s’était envolée dès mardi matin pour Bangui, a précisé l’élu.

« Avec la fondation Caritas, elle avait aidé à organiser la venue à Bussy de l’archevêque de Bangui », capitale centrafricaine, « pour tenter d’apaiser les tensions religieuses, qui sont au coeur du conflit actuel », a-t-il affirmé. 

Le maire a également rappelé plusieurs projets de coopération menés par Mme Montaigne, comme l’installation d’un réseau Internet dans la ville de Mbaïki (sud-ouest) et des collectes alimentaires.

La Centrafrique est en proie à des violences interreligieuses et à une crise humanitaire sans précédent, avec des centaines de milliers de déplacés, dont 400.000 à Bangui, soit la moitié de la population de la ville.

Roger Musandji

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
Centrafriquefrance

Related Articles

Pédophilie: le pape veut agir « avec détermination » contre les abus sexuels

Le pape François a demandé vendredi d’agir « avec détermination » contre les abus sexuels commis par des membres du clergé, en

Le Premier ministre centrafricain démissionne

Le Premier ministre centrafricain André Nzapayéké a démissionné mardi, suite à l’accord de paix conclu fin juillet à Brazzaville entre

Centrafrique: arrestation du fils de l’ex-président Bozizé

Jean-Francis Bozizé, le fils de l’ex-président centrafricain François Bozizé, a été arrêté vendredi dans la capitale Bangui, a-t-on appris de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*