Au Congo l'idéal n'existe pas, c'est le leader l'idéal

Au Congo l'idéal n'existe pas, c'est le leader l'idéal

Un peuple qui défend un idéal n’a pas besoin d’un leader quelconque pour défendre cet idéal de toutes ses forces.
En 2002, alors que Chavez était déjà arrêté par des officiers à la solde de la CIA, son gouvernement en débandade, le peuple vénézuelien est descendu dans la rue pour faire avorter le coup d’état (qui ne dura que 48h) le plus spectaculaire préparé par la CIA contre lui. Chavez dira à son retour:  » Le peuple vient d’écrire une nouvelle page d’histoire ». Les Congolais sont-ils capables de faire comme les Vénézuéliens? NON.

En RDC, il a fallu que le  » leader » se calme les pompons pour que tout revienne dans l’ordre. En fait, chez nous, l’idéal n’existe pas, c’est le leader l’idéal. Et même s’il n’incarne rien, ce n’est pas grave. Or dans ce cas, il suffit de l’anesthésier pour anesthésier tout un peuple. Bon, je n’ai rien dit… je bois mon lait… kie kie kie.

Patrick Mbeko



Related Articles

She graduated !!!

Aucun parent ne souhaiterait rater la remise de diplômes de leur enfant. Il y a quelques jours, la vedette de la

Interview: Un moment partagé avec Gaspard-Hubert Lonsi Koko

La diaspora congolaise a en son sein des voix qui ne laissent personne indifférente. Du dialogue inter-congolais proposé par le

Mon avis: Les malheurs de la RD CONGO

La RDC est un grand pays (par sa superficie), par sa population (plusieurs millions d’habitants) mais aussi par ses richesses

1 commentaire

Espace commentaire
  1. kiwi
    kiwi 21 décembre, 2011, 17:46

    bana kin bolemba revolution elakisi te kozala na minduki po bolonga, non ezali boyokani ya peuple nyonso na bomoko pe determination ndakisa ya tunisie, egypte ezalaki probleme ya arme te, bokende kotika tchitchi a preter serment bino nyonso bana kin bozala na sima ya tchitchi. pesident , ya egypte pe ya tunisie bakimaki mais bazalaki na armee nyoso. bino pe bokende ensemble bobanga eloko moko te mbila okosilisa bino te. aleeeeeeeh peuple congolais elonga ezali

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*