Le Burundi boycotte les discussions de sortie de crise à Arusha

Pierre Nkurunziza, président du Burundi| Photo AP

Le gouvernement du Burundi va boycotter les discussions de sortie de crise qui doivent s’ouvrir jeudi à Arusha (Tanzanie), selon un communiqué rendu public mercredi soir.

Cette nouvelle session du dialogue interburundais, organisée par le facilitateur régional et ancien président Tanzanien Benjamin Mkapa, vise à sortir le Burundi d’une crise déclenchée il y a près de deux ans par la candidature controversée du président Pierre Nkurunziza à un 3e mandat.

Le gouvernement de M. Nkurunziza dénonce la présence parmi les invités de la nouvelle session « de certains acteurs violents, notamment des putschistes recherchés par la justice (…), ce qui empiète sur la souveraineté du Burundi », selon ce texte signé par le porte-parole du gouvernement, Philippe Nzobonariba.

Le texte s’insurge également face à la présence de Jamal Benomar, conseiller spécial du secrétaire général des Nations unies, « qui a été récusé par le gouvernement du Burundi ».

« Par conséquent, le gouvernement du Burundi a décidé de ne pas envoyer de délégués à Arusha dans (cette) session », poursuit Bujumbura.

Le Burundi est plongé dans une grave crise depuis avril 2015 et la candidature de Pierre Nkurunziza à un troisième mandat controversé puis son élection en juillet de la même année. Les violences ont fait plus de 500 morts et poussé plus de 300.000 personnes à quitter le pays.

Les précédentes tentatives de faire s’asseoir à la même table le gouvernement et son opposition avaient échoué.

AFP



Related Articles

RDC: suspension des négociations entre Kinshasa et le M23

update adobe Les discussions de paix entre le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles du

Les services secrets britanniques et Kadhafi: nouvelles révélations

Les services secrets britanniques ont travaillé avec le régime du colonel Kadhafi, allant jusqu’à trahir des dissidents réfugiés au Royaume-Uni,

Somalie: un journaliste tué par balle

Un journaliste somalien a été tué par balle mardi soir par des hommes armés non identifiés en Somalie, devenant le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*