Burundi: Les autorités espèrent un taux de croissance de 4,7% pour 2014

Burundi: Les autorités espèrent un taux de croissance de 4,7% pour 2014

 

Une rue de Bujumbura, le 23 juillet 2010 au Burundi | ©AFP Archives

Une rue de Bujumbura, le 23 juillet 2010 au Burundi | ©AFP Archives

La Banque de la République du Burundi (BRB) vient d’indiquer dans son rapport  de politique monétaire sur le deuxième trimestre que le taux de croissance du Produit intérieur brut (PIB) du Burundi pourrait atteindre 4,7 cette année, contre 4,5% de l’an dernier.

Le rapport présenté mercredi indique qu’en 2014, la croissance du Burundi sera tirée surtout par les secteurs secondaire et tertiaire. Le secteur secondaire devra présenter un taux de croissance de 5,6% alors que le secteur tertiaire connaîtra un taux de croissance de 6,2%.

Le rapport de la Banque de la République du Burundi (BRB) indique que ces taux vont contrebalancer le ralentissement du secteur primaire.Selon la Banque, la croissance du secteur secondaire est liée aux prévisions de bonnes performances des industries agro-alimentaires (3%) et manufacturières (14,5%).

Au niveau du secteur tertiaire, la progression de l’activité des postes et télécommunications  qui est estimée à 10%, sera le principal moteur de croissance.

Par contre, selon le rapport de la BRB, le secteur primaire enregistrera de faibles performances (1,8%) suite à la chute de la production vivrière (-2,0%), partiellement contrebalancée par la progression de l’agriculture d’exportation ( 49,1%).

Dans le même temps, l’agriculture d’exportation bénéficie de la bonne production de café vert de la campagne café 2014-2015, estimée à 21.584 contre 13.677 tonnes de la campagne précédente.

©Oeildafrique.com 

 



Related Articles

BOAD: 8, 399 milliards de FCFA de bénéfice engrangé en 2014

A l’issue de sa 96e session ordinaire du Conseil d’administration de la BOAD tenue jeudi à Dakar, la Banque Ouest-Africaine de

Le rêve de Bill Gates: Plus de pays pauvres dans le monde en 2035

« Les pays en développement deviendront bientôt des pays à revenus intermédiaires », c’est la ferme conviction du milliardaire américain

Nkosazana Dlamini-Zuma : D’ici 50 ans, l’Afrique peut rattraper les puissances économiques asiatiques

La présidente de la Commission de l’Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma a estimé en début de semaine que les pays africains,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*