Cameroun: Un sommet économique sur la baisse de la croissance en Afrique centrale

Les président de la sone CEMAC entourés de La directrice générale du FMI Christine Lagarde et le ministre français de l'Economie Michel Sapin

Les président de la zone CEMAC entourés de La directrice générale du FMI Christine Lagarde et le ministre français de l’Economie Michel Sapin

Le sommet de Yaoudé a été convoquée dans la semaine par le président Biya alors que la croissance va de nouveau reculer dans en Afrique centrale. Dans la perspective de cette rencontre de haut niveau, une réunion des ministres en charge des Finances et de l’Economie s’est tenue ce jeudi 22 décembre à Yaoundé. Il était question pour les ministres du Cameroun, du Gabon, du Congo, de la Guinée équatoriale, du Tchad et de la République centrafricaine de finaliser les dossiers à soumettre aux chefs d’Etat.

« Nos réserves de change ont substantiellement baissé », a déclaré dans son discours d’ouverture M. Biya. « Nous devons agir et vite, nous devons agir ensemble », a ajouté le chef d’Etat camerounais, disant attendre « des éclairages utiles » du FMI.

Selon la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), la croissance du produit intérieur brut (PIB) dans la zone ne devrait pas dépasser 1% en 2016, contre 2,4% l’année précédente, déjà décevante.

« La décélération de la croissance est plus prononcée qu’initialement prévu, en liaison avec les effets dépressifs de la morosité du secteur pétrolier », note la BEAC.

D’après une source proche des discussions, la réunion de Yaoundé doit permettre aux pays de la zone d’étudier les solutions « pour assainir la situation ».

« Ces pays sont confrontés depuis plusieurs mois » à une baisse de leurs « exportations de pétrole », a expliqué cette source proche du dossier. « Du coup, leurs réserves monétaires ont diminué », a-t-elle ajouté.

La Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) regroupe six pays (Congo, Cameroun, Centrafrique, Gabon, Guinée-Equatoriale, Tchad). Tous sont producteurs de pétrole, sauf la Centrafrique.

« Le sommet extraordinaire de Yaoundé doit permettre aux chefs d’Etat de l’Afrique centrale d’examiner les solutions à mettre en oeuvre pour relancer leurs économies victimes de l’effondrement du prix du pétrole », selon un communiqué de la présidence du Gabon.

Le franc CFA, créé en 1945, est utilisé par les 6 pays de la Cemac mais aussi par les 8 membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine, appelée UEMOA (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo).

Le « CFA », autrefois arrimé au franc français, dispose d’une parité fixe avec l’euro, Paris garantissant la convertibilité du franc avec la monnaie européenne, de façon illimitée, en vertu d’un accord de coopération monétaire.


Tags assigned to this article:
CEMACéconomiesommet

Related Articles

La CIA admet avoir utilisé des méthodes d’interrogatoire «répugnantes»

Le patron de la CIA John Brennan a reconnu jeudi que certains de ses agents avaient utilisé des méthodes d’interrogatoire

Cedeao: Inauguration des nouveaux bureaux de la représentation permanente de l’organisation à Abidjan

Le Premier ministre ivoirien, Daniel Kablan Duncan, a procédé lundi à l’inauguration des nouveaux bureaux de la représentation permanente de

Nigeria: le président absent une nouvelle fois du conseil des ministres

Le président du Nigeria, Muhammadu Buhari ne s’est pas présenté mercredi au conseil des ministres pour la troisième fois consécutive,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*