Centrafrique : La Chine et la Russie ne sont pas pour des sanctions contre Bozizé

Centrafrique : La Chine et la Russie ne sont pas pour des sanctions contre Bozizé
L’ancien président centrafricain, François Bozizé

L’ancien président centrafricain, François Bozizé

Le conseil de sécurité de l’ONU a décidé de prendre des sanctions contre des anciens dirigeants centrafricains, dont l’ancien président déchu François Bozizé redoutant leur impact sur le processus de réconciliation en Centrafrique.

Mais la Russie et la Chine se sont opposées à ces sanctions.
Les sanctions imposées devraient frapper une liste de trois noms de dirigeants Centrafricains notamment l’ancien président François Bozizé et Nourredine Adam (ex-numéro deux de la Séléka). Ces sanctions sont proposées par la France et les Etats-Unis. Mais elles ont été tout simplement rejetées par la Russie et la Chine à la dernière séance du Conseil de sécurité de l’ONU.

Pour la Chine, l’utilisation de sanctions « n’est pas productif ». La Russie, pour sa part, a exprimé ses doutes quant aux conséquences de telles sanctions sur le processus de réconciliation en Centrafrique.

« La France et les Etats-Unis doivent expliquer pourquoi, alors qu’elles ciblent François Bozizé, l’ancien président et chef de la Séléka, Michel Djotodia, est absent de la liste », exige la Russie dans une lettre envoyée aux 15 membres du Conseil de sécurité.

L’ancien président Centrafricain, François Bozizé a été renversé à la suite du coup d’état de mars 2013 par les rebelles de la Séléka dirigés par Michel Djotodia qui avait ensuite été nommé président de la transition Centrafricaine avant d’être contraint à la démission en janvier 2014.

Michel Djotodia et ses hommes, majoritairement musulmans sont accusés d’avoir perpétrés des exactions envers les civils dans le pays. Pour sa part, François Bozizé en exil est soupçonné de diriger et d’armer les milices anti-balaka qui mènent des exactions en Centrafrique particulièrement envers les musulmans.

Le concerné a à plusieurs reprises nié ces accusations et a dénoncé une manœuvre de l’empêcher de se présenter à la prochaine élection présidentielle qui s’organisera en 2015.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
BozizéCentrafriqueChineonurussie

Related Articles

Congo : l’opposition et le pouvoir divisés sur le rôle de Sassou Nguesso en Afrique centrale

Pendant que les opposants congolais estiment que les autres présidents des pays de l’Afrique centrale s’inspirent des méthodes de Denis

RDC : De nouvelles vagues d’expulsés de Brazzaville à Kinshasa malgré les tractations diplomatiques

Ce samedi, c’est via la gare fluviale de l’Onatra plusieurs dizaine de Congolais de la RDC expulsés de Brazzaville sont

Loi électorale en RDC: le pouvoir recule face à la contestation populaire

Face à la contestation populaire, le camp du président congolais Joseph Kabila a reculé: il a annoncé samedi le retrait

1 commentaire

Espace commentaire
  1. tonton
    tonton 26 avril, 2014, 12:46

    la Chine et la Russie ont raison par les arguments avancés! Michel Djotodia est un SAINT? Il a à répondre de ce qui se passe présentement en Centrafrique!
    Je me dis parfois que sans la chine et la Russie au conseil de sécurité, il y aura de n’importe quoi!
    Mais que François Bozize aussi reste tranquille dans son coin! Il ne peut pas êtere Président ad vitam oeternam! Tg

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*