Centrafrique: Dissoudre les groupes armés, réinsérer les jeunes et relancer l’administration ; les défis sont énormes pour Samba-Panza

Centrafrique: Dissoudre les groupes armés, réinsérer les jeunes et relancer l’administration ; les défis sont énormes pour Samba-Panza

Catherine Samba Panza

La présidente de transition de la Centrafrique, Catherine Samba Panza / AFP

C’est demain jeudi que la présidente de transition, Catherine Samba Panza va prêter serment pour prendre les reines de la République Centrafricaine. Mais en attendant de rentrer dans ses fonctions, la nouvelle présidente de la transition en Centrafrique jeudi veut s’attaquer immédiatement au fléau des groupes armés qui sont à la base du chao sécuritaire dans lequel le pays est plongé depuis des mois. Elle assure qu’il faut réfléchir à un autre avenir aux jeunes qui prennent les armes par des programmes de réinsertion.

A la veille de l’investiture de Mme Samba-Panza, la capitale centrafricaine semble retrouver la normalité avec une circulation normale, contrairement à la situation d’il y a quelques semaines. Mais ce n’est pas pour autant que la situation est réglée. D’ailleurs les soldats français de l’opération Sangaris et ceux de la force africaine (Misca) qui quadrillent en permanence Bangui et les centaines de milliers de déplacés entassés dans des camps de fortune rappellent d’ailleurs qu’il faut être prudent dans l’appréciation de l’accalmie.

« Nous avons des milliers de jeunes qui ont des armes, qui sont soit dans la Séléka, soit anti-balaka. Si on lâche ces jeunes dans la rue, on n’aura pas résolu le problème. Il faut qu’on voie avec le gouvernement qui sera mis en place (…) quelles opportunités offrir à ces jeunes là, parce que c’est par dépit souvent, dans l’extrême pauvreté et sans avenir, que ces jeunes se lancent dans des actions de violence », a relevé mardi Mme Samba Panza à Bangui.

La nouvelle présidente devra également lutter, en dehors des combattants de la Séléka et Anti-Balaka, les autres groupes armés et les rébellions qui toujours actifs et qui s’en prennent aux populations depuis des années. Elle aura la lourde tâche aussi de remettre sur pied l’administration dont la police et la gendarmerie dans les différentes régions avant les élections présidentielles de février 2015. Pour elle, il faut écouter les jeunes combattants des groupes armés pour connaître leurs attentes, les analyser si c’est réaliste ou pas.

« Ce qui est faisable sera faisable, ce qui ne sera pas faisable, je le leur expliquerai. Car pour pacifier et désarmer durablement, il faut réinsérer tous ces hommes armés – à qui le fusil d’assaut garantit de trouver à manger tous les jours – en leur assurant tout de suite un minimum de ressources», précise-t-elle. Mais la première grande difficulté de Mme Samba-Panza reste le manque de moyens financiers. « Je n’ai pas d’argent dans les caisses pour le moment et c’est une préoccupation pour moi (…) Sans paiement de salaires, les fonctionnaires n’auront pas la possibilité de reprendre le travail et remettre en marche une administration totalement paralysée », s’est-elle préoccupée.

Sa préoccupation pourra trouver un début de solution dans les jours à venir parce que lundi, les pays donateurs se sont engagés à débloquer 496 millions de dollars (365 millions d’euros) en 2014 pour aider la Centrafrique. Cette somme va « couvrir 90% des besoins humanitaires pour 2014″ et « 100% du plan d’urgence des trois premiers mois », selon le ministre français au Développement, Pascal Canfin.

Après la cérémonie d’investiture, Catherine Samba-Panza va prendre les reines de la Centrafrique et aura la lourde mission de ramener la paix dans un pays ravagé par des violences interreligieux depuis des mois. Elle succèdera ainsi Michel Djotodia qui avait lui, renversé le régime de François Bozizé en mars 2013 à la tête de sa coalition rebelle Séléka. M. Djotodia a été contraint à la démission le 10 janvier dernier lors du sommet de la Communauté des Etats de l’Afrique de centrale (CEMAC), sous pression de la communauté internationale.

La rédaction
Oeildafrique.com

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

RDC : Joseph Kabila se dit profondément touché par les événements des 19 et 20 septembre

« Seul un Congo en paix peut garantir la stabilité de la région [des Grands lacs], voire du continent tout entier »,

RDC: Les mineurs de Kamatanda plaident pour l’abandon du projet de leur expulsion par la Gécamines

Martin Kobler, le chef de la Mission des Nations unies en République démocratique du Congo (Monusco), a été accueilli par

2014 : année de marche du Congo vers son émergence selon Sassou N’Guesso

  Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou Nguesso, a pris l’engagement, de poursuivre en 2014, l’œuvre « importante et

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*