Centrafrique : Edem Kodjo appelle Idriss Deby à revenir sur sa décision de retrait de ses troupes

Centrafrique : Edem Kodjo appelle Idriss Deby à revenir sur sa décision de retrait de ses troupes

Idriss Dedy Itno

Idriss Deby Itno, le président du Tchad

La Fondation pour le Paix et le développement en Afrique (Pax Africana), présidée par Edem KODJO, ancien Secrétaire général de l’OUA (devenue Union Africaine), ancien Premier Ministre du Togo, Membre fondateur de la CEDEAO, a fait part vendredi de son attristement suite à l’annonce du retrait des troupes tchadiennes de la République centrafricaine.

Pax Africana fait savoir que depuis la crise du Mali, le Tchad et son Président, par leur présence active sur le terrain ont sauvé l’honneur de l’Afrique, alors que le continent dans son ensemble se cherchait. Ainsi, ils méritent la profonde reconnaissance également pour la mobilisation des troupes en envoyant un contingent de près de 1.000 hommes chez leurs voisins centrafricains dans le cadre de la MISCA.

« Il est vrai que les rapports de voisinage sont parfois incommodes voire malsains. Le Tchad a perdu ses enfants pour assurer la pérennité d’un autre pays africain. C’est ce que nous retenons à PAX AFRICANA et cela mérite du respect et de la considération », écrit Edem Kodjo.

Ainsi, l’organisation de l’ancien Premier Ministre togolais soutient que quels que soient les antipathies, les soupçons, les arrière-pensées, les agressions verbales et physiques qui tissent la trame des rapports tourmentés entre les divers protagonistes dans la crise centrafricaine, il n’est pas à oublier que les Tchadiens ont perdu la vie pour une cause africaine comme ils l’ont déjà fait au Mali.

Pax Africana apporte son soutien au peuple tchadien et à son Président, et lance un appel urgent, pressant et fraternel au Président Deby pour qu’il considère à nouveau, sa décision de retrait de ses troupes.

« Il a sans doute raison d’avoir agi ainsi mais peut-on réellement et durablement avoir raison contre toute l’Afrique ? Monsieur le Président, Pax Africana comme des millions d’Africains comptent sur vous », exhorte Edem Kodjo.

La fondation de M. Kodjo fait du panafricanisme la pierre de touche de ses actions. Elle procède à l’analyse des conflits et à leur prévention au moyen de la négociation ou de la médiation. Elle s’est illustrée dans un passé récent dans des pays comme la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, Madagascar, le Mali, etc.

Didier Assogba
Oeildafrique.com

 

Didier Assogba

Didier Assogba

Journaliste à Oeil d'Afrique. Basé à Lomé, Togo


Tags assigned to this article:
CentrafriqueIdriss DébyTchad

Related Articles

RDC : Moïse Katumbi annonce son retour à Kinshasa « avec la dépouille » de Tshisekedi

L’opposant congolais Moïse Katumbi Chapwe a annoncé jeudi son retour au pays « avec la dépouille » d’Etienne Tshisekedi, le président d’un

Tunisie: pour Ghannouchi, Valls a « insulté » le pays

La France est « le pays qui comprend le moins l’islam et les Tunisiens », et ces derniers se sont sentis « insultés »

Comores: Assoumani vainqueur de la présidentielle

Le colonel Azali Assoumani, ex-putschiste, a été élu nouveau président des Comores jeudi à l’issue d’une élection présidentielle partielle aux

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Manembou
    Manembou 8 avril, 2014, 01:30

    Voici une analyse syperficielle et sentimentale qui ne vaut rienet me parait plus comme une operation de charme. L’Afrique a besoin de plus que ca. S’il s’agit de troupes internationales pour securiser la Centrafrique, il y a bien de nombreux pays en Afrique qui peuvent valablement faire le travail voire beaucoup mieux que le Tchad (Senegal, Togo, Niger…). Les 2 pays ont besoin de passer par cette etape de rupture pour apprendre a rebatir leur relation sur le principe du respect mutuel des souverainetes et de non-destabilisation du voisin.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*