Centrafrique: le Premier ministre demande l’aide de Paris pour sécuriser le pays

Centrafrique: le Premier ministre demande l’aide de Paris pour sécuriser le pays

Le Premier ministre centrafricain Nicolas Tiangaye a demandé l’aide de la France et de la Force multinationale de l’Afrique centrale (Fomac), pour sécuriser le pays après les violences survenues à Bangui depuis ce week-end, dans un message radiotélévisé mardi soir.

« Face à cette situation grave, je sollicite l’appui de nos partenaires au premier rang desquels la Fomac et la France, en tant que forces impartiales, pour la conduite des opérations de sécurisation de la ville de Bangui et toutes les régions de notre pays », a déclaré M. Tiangaye, issu de l’ancienne opposition au président déchu François Bozizé.

Pendant le week-end, une vingtaine de personnes ont trouvé la mort dans des heurts entre anciens rebelles et habitants de deux quartiers de la capitale, selon des témoins.

« De nombreuses familles ont été atteintes dans leur chair, en connaissant des pertes en vies humaines et des pillages de tous ordres. Ces faits affectent la cohésion sociale et tendent à rompre le pacte de l’unité nationale gravée dans notre devise », a déploré M. Tiangaye.

Le Premier ministre a également appelé « tous les représentants des pouvoirs publics, ainsi que les présidents des délégations spéciales de Bangui, les chefs de quartiers, les chefs des villages, les leaders d’opinion » à s’impliquer pour « la sensibilisation de la population autour de la recherche des idéaux de paix, de sécurité et d’unité nationale ».

Le Séléka peine à établir l’ordre dans Bangui depuis sa prise de la ville le 24 mars et la fuite de François Bozizé. De nombreux habitants y vivent dans la peur des pillages et de l’insécurité.

Mardi, le nouveau président de transition Michel Djotodia, chef du Séléka, a annoncé un renfort de 500 hommes à la police et 500 autres à la gendarmerie, ainsi que le casernement des combattants du Séléka.

Le porte-parole du gouvernement, Crépin Mboli-Goumba, a demandé aux pays d’Afrique centrale d’envoyer 1.000 soldats pour aider au rétablissement de l’ordre dans le pays. Le sujet devrait être débattu au sommet extraordinaire de N’Djamena jeudi consacré à la Centrafrique.

 

AFP

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Gabon : Washington exhorte la Cour à publier les « détails des procédures »

Après avoir exigé le recomptage des voix bureau de vote par bureau de vote, lors de la délibération par la

Le président rwandais Paul Kagame accuse les dirigeants burundais de « massacrer leur population »

Le président rwandais Paul Kagame s’est inquiété de la situation au Burundi voisin, englué depuis six mois dans une grave

Gabon : André Mba Obame poursuit sa lutte contre sa maladie à Rome

Un nouveau cliché de l’ancien ministre gabonais de l’intérieur a été publié mardi dans la presse pour mettre un terme

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*