Congo: Accident ferroviaire de Kinkembo, sur le C.f.c.o le conducteur serait fautif

Congo: Accident ferroviaire de Kinkembo, sur le C.f.c.o le conducteur serait fautif

Les causes de l’accident ferroviaire qui s’est produit à la gare de Kinkembo (département du Pool), mardi 24 septembre 2013, aux environs de 2 heures du matin et qui a coûté la vie à quatre personnes, blessant près d’une quarantaine d’autres, certaines dans un état grave, ne sont réellement connues, rapporte la semaine africaine.

Cet accident aurait été causé non pas par la faute du chef de gare, mais par le conducteur. Selon des témoignages concordants, le chef de gare avait fermé le carré (Feu rouge), car un train-marchandises était stationné en gare, sur la voie principale.

Le train Air-Pool qui arrivait, devait, donc, obligatoirement, marquer un arrêt (le carré étant fermé), à l’entrée de la gare. Or, le conducteur, qui était, toujours selon les témoignages, en état d’ivresse, n’a pas respecté le carré fermé (Feu rouge). Il a continué à rouler, jusqu’à aller percuter le train-marchandises. L’aide conducteur, qui serait un retraité de la Comilog (Compagnie minière de l’Ogooué), dormait.

Les deux membres d’équipage n’ont pas vu le carré fermé. Le conducteur principal, qui a pris la fuite après l’accident, serait réputé sur le C.f.c.o (Chemin de fer Congo océan), être un grand picoleur. Il y a lieu de se demander pourquoi le C.f.c.o continue d’employer des agents d’un certain âge, qui, en plus, sont enclins à l’alcool.


Tags assigned to this article:
congo

Related Articles

Explosion d’un dépôt de munition en RDC: le bilan monte à plus de 20 morts

L’explosion d’un dépôt de munitions vendredi à Mbuji-Mayi, dans le centre de la République démocratique du Congo, a fait plus

RDC – Vital Kamerhe vs Rassemblement : l’histoire secrète d’une lutte pour le positionnement

Il était fermement opposé à ce processus. Il était convaincu que la Majorité présidentielle (MP) n’était « pas sincère dans

Ouverture de la campagne pour la présidentielle au Congo

La campagne électorale pour la présidentielle anticipée du 20 mars au Congo s’est ouverte vendredi, sans meeting ni manifestation en

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Le bon Tachini
    Le bon Tachini 4 octobre, 2013, 14:18

    Dans ce cas,le conducteur doit etre retrouve et intorroge,de meme que le chef de gare.Le coupable doit etre severement punit.CFCO doit former les jeunes.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*