Congo-Brazza: Ecair, les avions cloués au sol 

Ecair

La direction générale d’Ecair à Brazzaville essaye de minimiser la dernière décision de l’Asecna de suspendre «à Ecair la fourniture des services de la navigation aérienne sur toutes les plates formes Asecna».

«Nous avons engagé des négociations avec le siège de l’Asecna»,  a révélé une source proche du dossier. Selon certaines indiscrétions, le cumul des montants dus par Ecair à l’Asecna avoisinerait les  800 millions de FCFA. De leur côté, l’Anac, Aerco,  Bgfi Bank,  hôtels, Snpc aviation,  restaurants et autres prestataires de services lui réclameraient à la compagnie un peu plus  le double. Pis encore, la dette salariale due aux employés varie entre 2 et 3 mois pour certains d’entre eux. Des passagers sont abandonnés entre Paris, Bamako, Douala et Pointe-Noire.

Le Congo comptait faire de Brazzaville le «Hub » de l’Afrique centrale dans le domaine du transport aérien. Mais, Ecair bat déjà de l’aile en quelles années d’existence.

Une image qui contraste sans doute avec le grand sourire de Beyina Moussa, directrice générale à la Une d’un grand magazine panafricain.

Une chose est certaine: Ecair souffre d’une mauvaise gestion. Et ce ne sont pas les 20 milliards de Fcfa obtenus auprès de la Bdeac, à la suite des pressions politiques, qui vont lui permettre de minimiser ses coûts d’exploitation pour rentabiliser ses principales dessertes.

Par Alphonse Ndongo


Tags assigned to this article:
congoEcairéconomie

Related Articles

Afrique du Sud: manifestation pour la dépénalisation du cannabis au Cap

Plusieurs milliers de Sud-Africains ont manifesté samedi dans la ville du Cap pour réclamer, comme tous les ans, la dépénalisation

Chuck Blazer, l’ancien patron du Football américain devenu taupe du FBI

La police américaine a profité de ses ennuis judiciaires, et notamment du défaut de paiement de l’impôt sur le revenu,

Ebola: l’OMS annonce la fin de l’épidémie en Afrique de l’Ouest

L’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, la plus grave depuis l’identification du virus il y a 40 ans, s’est officiellement

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*