Congo-Brazza: Pourquoi le ministre Gakosso a quitté précipitamment New Delhi?

Jean-Claude Gakosso, le ministre congolais des Affaires étrangère.

Jean-Claude Gakosso, le ministre congolais des Affaires étrangère.

Le sommet Inde-Afrique aura été le spectacle d’une certaine fébrilité dont fait preuve aujourd’hui l’Etat Congolais. Présent à New Delhi, le ministre des affaires étrangères congolais, Jean-Claude Gakosso a quitté dans la nuit du 28 au 29 octobre la capitale indienne sans explications. Mais pourquoi donc Ngakosso a quitté si précipitamment New Delhi?

Le sommet Inde-Afrique est le grand rendez-vous d’octobre avant de retrouver la COP 21 à Paris et les enjeux environnementales qui placent l’Afrique au coeur des solutions pour lutter contre le changement climatique. Mais, à la grande surprise des observateurs à New Delhi, le patron de la diplomatie congolaise a choisi de rentrer à Brazzaville et d’abandonner ses compères. Jean-Claude Gakosso, présent à la réunion ministérielle du 28 octobre 2015, a donc sur appel du Président Denis Sassou Nguesso, prit le chemin du retour laissant ainsi le fauteuille du Congo vide.

Coïncidence à ce départ inopiné, on apprend par des sources introduites à Paris et à Brazzaville, que le Président Denis Sassou Nguesso aurait fait en toute discrétion un aller-retour à Paris. Rien à pour l’heure filtrer sur les échanges entre le numéro un congolais et les autorités françaises.

Pour rappel, le projet de nouvelle constitution permettant au président congolais Denis Sassou Nguesso de se représenter en 2016 « a été adopté » à plus de 92 % à l’issue du référendum. L’opposition, qui a boycotté le scrutin, dénonce une « fraude ».

Roger Musandji
©OEILDAFRIQUE

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
congoDenis Sassou N'GuessoNew delhiRéférundum

Related Articles

Plus de 600 cas de violences sexuelle et domestique enregistrées à Brazzaville

Le nombre des personnes victimes de violences sexuelle et domestique s’élèvent à 677 cas, selon les statistiques de 2010-2012 de

Cameroun : La détention des soldats Camerounais enlevés par l’armée Congolaise provoque une crise

Bangoua Batcheu, Germain Donosso, Tchatchoua Kamegne et Serge Pius Gwack sont arrêtés et gardés en prison depuis la semaine dernière

Un soldat congolais de la MISCA tué à Bangui

Un soldat congolais de la mission africaine de soutien à la Centrafrique(MISCA) a été tué à Bangui (RCA) par les

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*