Congo-Brazzaville: le FMI à la rescousse de l’économie

Le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou-N’Guesso.

Une mission du Fonds monétaire international s’est rendue au Congo pour rencontrer le gouvernement. Elle a mené une enquête et afin d’entamer des discussions avec l’Etat congolais pour le lancement d’un programme de financement.

Fragilisé par la chute des cours du pétrole, le Congo se voit contraint de frapper à la porte du FMI. C’est dans ce contexte qu’ une équipe du FMI s’est rendue à Brazzaville du 20 février au 8 mars 2017 pour entamer des discussions sur un éventuel programme appuyé par l’institution financière et finaliser les discussions avec l’Etat congolais pour le démarrage d’un programme de relance de l’économie.

La baisse des prix internationaux du pétrole fait subir des difficultés considérables à l’économie de la République du Congo, qui s’est fortement contractée en 2016. Le choc pétrolier a coïncidé avec les efforts du gouvernement visant à améliorer l’infrastructure du pays et à augmenter les salaires des fonctionnaires” , a expliqué Abdoul Aziz Wane, qui a dirigé la mission du FMI.

La mission a constaté que la dette publique congolaise a grimpé à 77 % du PIB et les réserves internationales imputées au pays sont tombées à 2 mois d’importations. “ Les prêts improductifs ont augmenté du fait de l’accumulation des arriérés du gouvernement qui a affaibli les entreprises privées. Le gouvernement a accumulé des arriérés extérieurs en 2016 et 2017 ”, a précisé le chef de mission.

“ L’équipe du FMI a fait des progrès notables dans l’analyse des politiques des autorités pour 2017 et le moyen terme et de leurs implications sur la soutenabilité budgétaire et la stabilité externe. Les discussions se poursuivront au cours des prochaines semaines sur un ensemble de mesures qui pourraient être appuyées par le FMI ”, souligne Abdoul Aziz Wane.

Depuis deux ans en effet, le Congo n’arrive pas atteindre les 3% de croissance au PIB, lui qui était à 6% en 2014. En 2015, le taux de croissance a dégringolé à 1,2% avant de passer à 2,6% en 2016.

©OEILDAFRIQUE


Tags assigned to this article:
brazzavillecongoéconomieFMI

Related Articles

Wade laisse un palais dévalisé à Macky Sall

Grande a été la surprise de Macky Sall et de son épouse quand ils ont pris possession du palais le

Présidentielle au Niger: Issoufou en tête mais pas de victoire au 1er tour

Le chef de l’Etat sortant Mahamadou Issoufou, qui brigue un deuxième quinquennat, était toujours largement en tête vendredi de la

Congo: Jean Claude Ngakosso prend une douche froide a Addis Abéba au siège de l’Union Africaine

Une semaine après la tenue du scrutin présidentielle controversée du Congo Brazzaville, le ministre Congolais des affaires étrangères Jean-Claude Gakosso

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*