Congo : le collectif Sassoufit lance une campagne d’affichage contre le changement de la Constitution

Congo : le collectif Sassoufit lance une campagne d’affichage contre le changement de la Constitution
le collectif Sassoufit

Affiche collée par des membres du collectif Sassoufit, sur l’avenue de la Paix, à Brazzaville| Ph © Collectif Sassoufit

Le Collectif Sassoufit intensifie sa lutte contre le changement de la Constitution au Congo Brazzaville pour permettre à Denis Sassou Nguesso de rester au pouvoir alors que la loi fondamentale du pays l’en empêche. Tout comme les autres partis de l’opposition et les organisations de la société civile, le Collectif Sassoufit veut contrecarrer la volonté du Parti congolais du travail (PCT) au pouvoir d’offrir un pouvoir à vie à M. Sassou Nguesso.

Dans sa lutte contre le changement de la Constitution souhaité par le parti au pouvoir, le Collectif Sassoufit a entrepris de coller des dizaines d’affichettes dans les rues de Brazzaville pour rappeler aux populations congolaises, l’illégalité de la démarche du pouvoir qui cherche à se maintenir par tous les moyens.

Pour les membres du collectif Sassoufit qui se sont exprimés sur la plateforme «Les observateurs» de France 24, la campagne d’affiche est une manière d’exprimer leur opposition au changement de la Constitution.

Lancé à Paris par des opposants congolais, le collectif Sassoufit compte sur près d’une vingtaine de comités locaux au Congo, essentiellement à Brazzaville et à Pointe-Noire pour matérialiser ses actions sur le terrain.

Pour le Collectif créé en avril 2014, la Constitution du 20 janvier 2002 se doit d’être respectée dans les moindres détails. Une détermination qui va à l’encontre de l’entreprise du Parti congolais du travail (PCT) visant à la changer dans le but de permettre à Denis Sassou-Nguesso de rester au pouvoir au-delà de 2016.

Depuis le début de la semaine, plusieurs affiches portant les extraits des articles 57 et 58 de la Constitution ont été affichées dans différents quartiers de Brazzaville. Une sorte de rappel pour éveiller les consciences des citoyens.

Au Congo, l’article 57 de la Constitution stipule que le président de la République «est élu pour sept ans au suffrage universel direct» et qu’il «est rééligible une fois». Le Président Sassou-Nguesso élu en 2002 et réélu en 2009 ne pourra plus se représenter si la constitution est appliquée.

De même, l’article 58 indique qu’un candidat à l’élection présidentielle doit être âgé de 70 ans au maximum à la date du dépôt de la candidature. Denis Sassou-Nguesso qui totalise actuellement 71 ans est exclu.

Et c’est justement pour contourner ces blocages juridiques que le parti au pouvoir avance l’idée d’un changement de Constitution.

Selon les militants du Collectif Sassoufit, des militants du pouvoir ont protesté contre la campagne des affiches. Certaines affiches ont été tout simplement arrachées.

Cette campagne est la première action réalisée sur le terrain par le collectif, essentiellement présent sur les réseaux sociaux jusqu’à présent.

Denis Sassou-Nguesso a déjà passé 30 ans à la tête du Congo en tant que Président. Président du Congo de 1979 à 1992, M. Sassou-Nguesso reviendra au pouvoir en 1997 à la faveur d’un coup d’Etat contre son successeur. Depuis, il est resté à la tête du pays.

© OEIL D’AFRIQUE

 


Tags assigned to this article:
campagnecongoconstitutionSassoufit

Related Articles

RDC: un sergent de l'armée kidnappé à Goma par trois policiers rwandais

Un sergent de l'armée de la République démocratique du Congo a été kidnappé dimanche à Goma, dans l'Est, par trois

Présidentielle au Gabon: Bongo en rouleau compresseur face à ses adversaires

La campagne présidentielle au Gabon a officiellement commencé samedi à deux semaines du scrutin, avec une démonstration de force du

RDC : Hollande, Ayrault et maintenant Sarkozy. La France intensifie sa pression

Décidemment la situation politique actuelle en République Démocratique du Congo préoccupe au plus haut point les autorités françaises. Et le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*