Congo : le “mauvais classement” au Doing business nécessite des mesures correctives (ministre)

Congo : le “mauvais classement” au Doing business nécessite des mesures correctives (ministre)

Le ministre d’Etat congolais, en charge du développement industriel et de la promotion du secteur privé, Isidore Mvouba, a déploré lundi à Brazzaville le “mauvais classement” de son pays au “Doing Business ” de la Banque mondiale, réclament des “mesures correctives”.

Le Congo-Brazzaville est placé au 183ème rang sur 185 pays concerné par Doing Business, qui analyse les réglementations d’une économie qui ont un impact sur les entreprises au cours de leur cycle de vie.

M. Mvouba a relevé ce fait à l’ouverture de l’atelier de Doing Business, interpellant ainsi les décideurs politiques à prendre des mesures correctives, en vue d’attirer les investissements directs étrangers et améliorer le classement de la République du Congo dans le Doing Business (DB).

“Nous devons prendre, sans délai, les mesures correctives qui s’ imposent. Le temps nous est compté quand on sait que notre mauvais classement détourne notre pays d’un flux important des investissements directs étrangers”, a-t-il dit.

En effet, le Congo occupe le 176ème rang sur 183 pays en matière de création d’entreprises ; le 77ème en ce qui concerne l’ octroi de permis de conduire, pour un délai de plus de 160 jours. En matière de transfert de propriété, le pays est à la 126ème place. Quant à la protection des investisseurs sur le territoire national, il est classé 153ème, et 176ème en ce qui concerne le commerce transfrontalier.

Ainsi, il convient de mettre en place une réforme sur les indicateurs clés, à travers une mobilisation générale des institutions concernées par ces goulots d’étranglement qui dégradent fortement l’environnement des affaires du Congo, a indiqué le ministre congolais.

Il a rappelé que le gouvernement congolais avait adopté début 2011 un plan d’action pour l’amélioration du climat des affaires, assorti d’une feuille de route qui attend d’être mise en oeuvre grâce à l’apport du Haut conseil du dialogue public-privé.

Il s’agit de relever, a-t-il poursuivi, le défi du libre entrepreneuriat pour faire la promotion du secteur privé, gage d’ un développement autodynamique de l’économie.

M. Mvouba a rassuré l’opinion de la mise en place progressive des activités de l’Agence pour la promotion des investissements ( API) au Congo, avant de demander aux syndicats patronaux d’ harmoniser leurs points de vue au niveau de la plateforme du secteur privé.

 

(Xinhua)


Tags assigned to this article:
congo

Related Articles

«L’affaire Chebeya, crime d’État» interdit de diffusion en RDC

L’association Journaliste en danger (JED) s’insurge contre la décision du gouvernement congolais d’interdire la diffusion du documentaire sur le territoire

Tunisie: arrestation d’un responsable salafiste jihadiste

Un responsable du mouvement salafiste jihadiste Ansar al-charia (les partisans de la charia, la loi islamique) a été arrêté à

Tahéruka Shabazz, candidat aux prochaines élections présidentielles en Centrafrique

  Le président du parti du renouveau panafricain en république centrafricaine, Tahéruka Shabazz a répondu à nos questions et présenté