Côte d’Ivoire: cette vérité cachée qui freine la libéralisation de l’électricité

by Fulbert Koffi | 1 août 2016 20 08 55 08558

La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE)|©DR

La Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE)|©DR

La grogne des populations contre l’augmentation tarifaire de l’électricité s’est accentuée depuis quelque temps, entrainant des mouvements de protestation dans les grandes villes du pays. En suivant l’actualité, il est permis de faire quelques observations sur le secteur de l’énergie et de sa libéralisation annoncée par le président Ivoirien, en mai dernier.

Le discours du 1er mai devant les travailleurs marque le recul du gouvernement face à la population dans le bras de fer qui oppose les  parties, depuis quelque temps, sur l’augmentation du prix de l’électricité. Nous pouvons ici dire merci à notre président d’avoir pris des mesures pour annuler l’augmentation du prix de l’électricité et profiter de l’occasion pour libéraliser la distribution de l’électricité.

Quelle sage décision, mais ?

Mais de quoi parlons-nous ! De quelle libéralisation s’agit-il ? Celle de l’électricité ? Le gouvernement ferait mieux de nous expliquer afin que nous comprenions toute cette décision de libéralisation pour éviter qu’elle ne soit encore une farce politique devant une population mécontente. Nous demandons au gouvernement sinon au ministre de l’Énergie de nous aider à la compréhension du mécanisme de cette libéralisation et nous dire comment le prix de l’électricité va diminuer ? La concurrence sera à quel niveau et que gagne le consommateur ivoirien. Loin d’être pessimiste, nous sommes néanmoins réalistes surtout face à la pression extérieure des bailleurs de fonds qui exigent une augmentation du prix de l’électricité en Côte d’Ivoire qu’ils trouvent le plus faible sur le continent.

Prix de l’électricité…

L’électricité, un circuit à 3 étapes.

  1. La production.
  2. La transmission ou transport (le côté amer et complexe)
  3. La distribution (le côté sucré ou le “vol“ des compagnies comme la CIE est organisé)

« Nous avons décidé: il faut mettre fin au monopole de le CIE (compagnie ivoirienne d’électricité) et de la SODECI (société de distribution d’eau) », a déclaré, le président de la République, lors des célébrations de la fête du Travail, à Abidjan.  Il dit être interpellé par la hausse récente des coûts de l’énergie. « Je lance un appel à tous ceux qui souhaitent venir investir dans ces secteurs de le faire pour que nous ayons une saine compétition qui permettra de maîtriser les prix et de baisser le coût de l’électricité », a-t-il poursuivi.

Mais nous disons qu’il ne peut y avoir une concurrence en Côte d’Ivoire temps que la transmission est monopolisée par la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE).

Si nous devons briser ce monopole,

La distribution est la dernière étape de la fourniture de l’énergie électrique; on achemine l’électricité à partir du réseau de transport à des consommateurs individuels. Des postes de distribution se connectent au réseau de transport et abaissent la tension de la transmission à moyenne tension comprise entre 2 KV et 35 KV, avec l’utilisation de transformateurs. Les lignes de distribution primaires portent cette puissance moyenne tension aux transformateurs de distribution situés à proximité des locaux du client.

Les transformateurs de distribution à nouveau baissent la tension d’utilisation des appareils ménagers où se branchent généralement plusieurs clients à travers des lignes de distribution secondaires. Les clients commerciaux et résidentiels sont connectés aux lignes de distribution secondaires par le biais de gouttes de service. Les clients exigeant une plus grande quantité d’énergie peut être connecté directement au niveau de la distribution primaire ou le niveau de sous transmission.

Les systèmes d’électrification rurale ont tendance à utiliser des tensions de distribution plus élevées en raison des longues distances parcourues par des lignes de 7.2, 12,47, 25, et la distribution de KV 34,5 sont communs aux États-Unis; 11 KV et 33 KV sont communes au Royaume-Uni, en Australie et en Nouvelle-Zélande; 11 KV et 22 KV sont courants en Afrique du Sud. D’autres tensions sont parfois utilisées. La répartition dans les zones rurales peut être seulement avec une seule phase puisqu’elle n’est pas économique d’installer une alimentation triphasée pour relativement peu de petits clients.

Le passage de la transmission à la distribution se produit dans une sous-station électrique, qui possède les fonctions suivantes:

La distribution urbaine est principalement souterraine, parfois dans des conduits de services publics communs. La répartition rurale est surtout au-dessus du sol avec des poteaux de services publics, et la distribution de banlieue est un mélange. Plus près du client, un transformateur de distribution étale la puissance de distribution primaire vers un circuit secondaire basse tension, généralement 120 ou 240 V, en fonction de la région. La puissance arrive au client par l’intermédiaire d’une chute de service et un compteur d’électricité. Le circuit final dans un système urbain peut être inférieur à 50 pieds, mais peut-être plus de 300 pieds pour un client rural.

L’énergie électrique commence à une centrale électrique, où la différence de potentiel peut être aussi élevée que 13.800 volts. AC est habituellement utilisé. Les utilisateurs de grandes quantités de courant continu tels que certains systèmes d’électrification ferroviaires, les centrales téléphoniques et les procédés industriels tels que la fonte d’aluminium habituellement sont exploités à leur propre source ou disposent d’un Équipement adjacent générateur dédié, où utilisent des redresseurs pour dériver de l’alimentation en courant alternatif public. Cependant, la haute tension ou bien le courant continu peut être avantageux pour isoler des systèmes à courant alternatif ou en réglant la quantité d’électricité transmise. Par exemple, Hydro-La ville de Québec dispose d’une ligne à courant continu qui va de la région de la baie James à Boston.

La libéralisation même si elle paraît impossible, dans la tête des Ivoiriens c’est quand même un «ouf» de soulagement de savoir, que le gouvernement la veut maintenant. Le gouvernement ivoirien veut mettre fin au monopole des sociétés de distribution d’électricité et d’eau. Cela entrainera, systématiquement, une libéralisation des secteurs clés, de l’économie, dans l’espoir de faire baisser les prix, a annoncé le président Alassane Ouattara.

A quoi a servi l’opération de distribution des ampoules économiques ?

Le 12 avril 2012 au cours d’une cérémonie de lancement qui s’est déroulée dans la commune de Treichville. Le gouvernement a distribué des ampoules dites « ampoules économiques », du type fluorescent, consommant 75 fois moins d’énergie que les ampoules ordinaires vendues dans le commerce. Un million d’ampoules économiques financées par la Banque Mondiale à plus de 11 milliards de CFA ont été annoncés. Que la quête de solution pour la réduction du coût de l’électricité fut complexe ?

Que faire pour diminuer le cout de l’électricité en Côte d’Ivoire

  1. L’État doit libéraliser le transport d’électricité en reprenant la Compagnie ivoirienne d’électricité des mains du seul concessionnaire français
  2. L’État doit répartir la Côte d’Ivoire en 5 ou 10 zones électriques.
  1. Les compagnies de transport d’électricité doivent (seulement transporter des centraux électriques vers leur zone pré déterminé) cela enlèvent le couteau sur la gorge des consommateurs. Leur rôle, transporter et maintenir leur réseau électrique. Ils seront payés pour le nombre de méga Watts transporté par mois vers leur zone.
  1. Le transport doit être l’affaire d’une ou plusieurs autres compagnies, pas la seule affaire de le CIE qui distribue déjà dans les villes.

Distribution d’électricité.

  1. Le pays étant déjà divisé en zones l’État fait un appel d’offre à plusieurs compagnies de distributions. Exemple Sud zone A CIE / Centre Zone B. Compagnie B. / Ouest Zone C. Compagnies C… etc.
  1. Chaque compagnie récupère les clients de sa zone et installe des compteurs dans les maisons et les industries de sa zone respective, chaque compagnie viendra avec ses smart compteurs surtout électronique pas analogue comme les compteurs que le CIE nous donne en ce moment. (Les compteurs de la CIE ouvrent le chemin à des vols car souvent mal calibré or le gouvernement n’a aucune mesure de contrôle pour savoir qui du client et de la CIE truque). Les smart compteurs ne dirons exactement que ce que le client à consommé et non payer ce que la CIE veut qu’il paye pour renflouer leur comptabilité et leur manque à gagner en nous donnant des factures qu’eux-mêmes n’arrivent pas à expliquer le contenu.
  1. À partir de ses zones chaque compagnie fera attention en ce rassurant de ne pas sortit du cadre de la tarification homologuée par l’État. Et l’élément de contrôle sera juste de comparer une facture de la zone C – A –B et cela nous dira quelle compagnie gruge les consommateurs.
  1. Le pays étant divisé en Zones, avec plusieurs compagnies de distributions qui alimentent leurs Zone respectifs, nous ouvrons le marché de la production à toute compagnie qui peut produire l’électricité et vendre aux distributeurs dans les zones (villes) en payant le droit du transport de l’électricité aux transporteurs pour alimenter les stations de distributions des zones (ville) .

Cela nous donnera l’occasion de voir des compagnies dans ses zones produire l’électricité et même la revendre à des zones qui ont un manque à gagner.

Pour conclure nous dirons que tant que la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE) transporte et distribue l’électricité en Côte d’Ivoire le monopole ne sera jamais brisé car la CIE sera toujours maîtresse sur le marché de l’électricité qui pourra changer au seul gré de la CIE.

Alors monsieur le ministre de l’Énergie donnez-nous un réel éclaircissement sur votre plan de libéralisation du secteur de l’électricité annoncé.

N’oubliez pas aussi de nous dire à quoi a servi la distribution des ampoules dites économiques surtout si elles marchent encore ou elles sont à la base de l’augmentation du prix de l’électricité.

Nous avons été courageux au moment de cette distribution pour critiquer l’opération et aussi alerter le public de ce que cela cachait. Nous avons averti d’une augmentation prochaine du coût de l’électricité que cachait le gouvernement à travers cette opération de distribution de ces ampoules.

Notre question au gouvernement, est-ces ampoules gracieusement offertes à la population qui ont-elles augmenté les factures d’électricité ?

C’est vraiment dommage que l’État de Côte d’Ivoire n’est pas prit ce financement de 2 milliards de FCFA pour construire une usine d’ampoules LED qui allait garantir plusieurs emplois aux jeunes et surtout nous transformer en producteur d’Ampoules pour fournir le marché sous-régional de la CEDEAO. Cependant des industries d’autres pays en ont profité de ces milliards de Francs CFA en nous vendant ces ampoules.

© OEIL D’AFRIQUE

 

 

 

Partager :

Endnotes:
  1. Tweet: https://twitter.com/share

Source URL: http://oeildafrique.com/cote-divoire-cette-verite-cachee-freine-liberalisation-de-lelectricite/