Côte d’Ivoire : Encore des détenus pro-Gbagbo libérés

Côte d’Ivoire : Encore des détenus pro-Gbagbo libérés

[dropcap font= »georgia »]L[/dropcap]a justice ivoirienne a prononcé le mercredi 14 août la remise en liberté de quatre anciens hauts responsables des forces de sécurité (FDS) sous Laurent Gbagbo. Détenus depuis avril 2011, César Négblé Dogba, Joachim Robé Gogo, Jean-Louis Tiagnéré, et Claude Yoro hument l’air frais de la liberté. Celle là moins médiatique, mais importante car s’agissant d’officiers de l’armée ayant occupé des postes de responsabilité dans l’appareil de défense et de sécurité du régime déchu. Une libération qui fait suite à celle des personnalités du parti de Laurent Gbagbo intervenue le 05 août dernier à la veille de l’indépendance.

« C’est un acte de dégel. La situation ne se prête plus au maintien en détention de hauts responsables de l’ancien pouvoir », confie une source proche du gouvernement. Les autorités ivoiriennes sont donc bien décidées à décrisper l’atmosphère politique. Une semaine après l’élargissement, d’une dizaine de détenus proches de l’ancien régime, dont Affi N’Guessan, et Michel Gbagbo, la justice a remis en liberté provisoire quatre anciens hauts responsables des forces sécurité sous Laurent Gbagbo, le 14 août dernier. Il s’agit du commissaire César Négblé Dogba, ancien patron de la Direction de la surveillance du territoire (DST), de Joachim Robé Gogo, le numéro deux du défunt Centre de commandement des opérations de sécurité (Cecos), de Jean-Louis Tiagnéré, lui chef du district 3 (police) de la commune de Yopougon (fief de Laurent Gbagbo), et du commandant Claude Yoro, directeur des unités d’interventions de la police. Les quatre hommes officiers seront mis aux arrêts fin avril 2011, puis poursuivis par la justice principalement pour atteintes à la sûreté de l’État.

Le 5 août, le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, avait en effet annoncé la remise en liberté provisoire de 14 personnalités proches de l’ex président Laurent Gbagbo. Une annonce relayée par les médias nationaux et internationaux car sur la liste figuraient le fils de Laurent Gbagbo, Michel, « le président » du FPI, Affi N’Guessan, ou encore d’autres caciques comme Alcide Djédjé, Moïse Lida Kouassi et Geneviève Bro Gregbe. Avec Guillaume Soro, le président de l’Assemblée nationale, à Gagnoa (bastion du FPI de Laurent Gbagbo) pour prêcher l’évangile de la réconciliation, cette autre libération d’officiers n’aura que préparer les esprits à accueillir le message de paix de l’hôte.

Jonas Saraka
Abidjan-Oeildafrique.com

 (Photo d’archive utilisée juste a titre d’illustration)

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.



Related Articles

Tunisie: arrestation d’un responsable salafiste jihadiste

Un responsable du mouvement salafiste jihadiste Ansar al-charia (les partisans de la charia, la loi islamique) a été arrêté à

RDC: Après 8 heures d’audition Moïse Katumbi sort du parquet

Après huit heures d’audition, l’ex-gouverneur du Katanga (RDC), Moïse Katumbi est sorti libre du parquet de Lubumbashi. Moïse Katumbi s’est présenté

Côte d’Ivoire : des chefs rebelles pro-Ouattara inculpés

Des chefs rebelles ayant soutenu le président ivoirien Alassane Ouattara ont été inculpés par la justice ivoirienne pour des crimes

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*