Côte d’Ivoire : « Soundiata Keïta, le réveil du lion », le nouveau film 3D de Afrikatoon

Côte d’Ivoire : « Soundiata Keïta, le réveil du lion », le nouveau film 3D de Afrikatoon
Soundiata Keïta

Soundiata Keïta, le réveil du lion – Film d’animation en 3D, en salles à Abidjan depuis août 2014.

«Soundiata Keïta, le réveil du lion», c’est le titre du nouveau long-métrage que vient de sortir   Afrikatoon, auteur de «Pokou, princesse ashanti». Le nouveau film n’est que l’histoire animée et débridée en 3D de l’empereur du Mandé, Soundiata Keïta.

Après le succès de son premier film fiction, long-métrage sorti en juillet 2013, le Studio Afrikatoon est revenu devant la scène au mois d’août 2014 avec un second film d’animation, de soixante-dix minutes, sur Soundiata Keïta, figure emblématique de l’Afrique de l’Ouest.

Ce film raconte l’histoire de Soundiata Keïta, ce prince de l’empire du Mali au XIIIe siècle qui a accédé au trône malgré son handicap et qui apporta prospérité et justice au royaume du Mandé (l’actuel Mali). La légende indique que l’homme avait instauré la charte du Mandé, considérée comme la première déclaration universelle des droits de l’homme.

«Soundiata Keïta, le réveil du lion» qui est encore projeté dans les salles de cinéma d’Abidjan rencontre déjà un succès même si le secteur cinématographique est encore en balbutiement en Afrique de l’Ouest

Le studio Afrikatoon est né en 2005 sous la bannière de l’hebdomadaire satirique Gbich ! (onomatopée signifiant « coup de poing ») et les conseils avisés de son directeur de publication, le dessinateur Lassane Zohoré, également producteur des films conçus et animés par les illustrateurs et infographistes du studio.

Avec comme directeur artistique, Abel Kouamé (36 ans), le laboratoire Afrikatoon a fait ses preuves depuis 2007 avec la réalisation d’une campagne de 22 films d’animation en 2D, de deux minutes chacun, pour l’opérateur Côte d’Ivoire Télécom, sans oublier les multiples spots aux finitions parfaites. Grâce à ces recettes, Afrikatoon a alors envisagé la réalisation de ses propres projets, notamment un long-métrage d’animation en 3D.

Dès 2008, le Studio qui s’est installé dans les locaux de Gbich avait une équipe composée de six infographistes, quatre illustrateurs, une scénariste et une assistante de réalisation, tous ivoiriens, ne cesse d’attirer de nouveaux clients.

C’est d’ailleurs cette jeune équipe qui a travaillé durant deux ans pour mettre en scène et en image, l’histoire de la princesse Pokou. Un défi relevé avec un petit budget, sur fonds propres de 96 millions de F CFA (146 350 euros).

Le film rendu public en juillet 2013 raconte l’exil de la princesse ashanti qui, au XVIIIe siècle, décida de quitter son royaume en pleine division (qui couvrait les deux tiers de l’actuel Ghana) pour rejoindre de nouvelles terres (qui deviendront la Côte d’Ivoire). Il a été projeté aux cinémas Primavera (Prima Center, à Marcory) et La Fontaine (galerie Sococé, à Cocody). Rien que dans ces deux salles, Afrikatoon parvient à rembourser jusqu’à 60 % de son budget initial.

Le film a fait le tour des festivals internationaux de cinéma en 2014, de Ouagadougou (Burkina Faso) à Montréal (Canada) en passant par Annecy (France).

A peine «Pokou» achevé, l’équipe se remet au travail avec comme seul idée de faire connaître les héros africains. Avec le même budget, la même équipe, une douzaine d’acteurs, le Studio a entrepris de raconter et animer en 3D les aventures de Soundiata Keïta.

«Afrikatoon est le seul studio à produire des longs-métrages d’animation en Afrique de l’Ouest. Pour nous, il est très important de contribuer à faire connaître des légendes africaines. Nous souhaitons valoriser la dimension éducative de nos films, qui sont des outils ludiques pour les enseignants et une manière de perpétuer un patrimoine africain en le transmettant aux plus jeunes», explique Kan Souffle, un des membres de l‘équipe.

Afrikatoon forme également aux métiers de l’animation, un domaine artistique et technique encore émergent en Afrique francophone. Un concours vidéo 2D-3D intitulé «Anime ta plus belle légende d’Afrique» avait été lancé en fin août 2014, lors de la sortie en salles de Soundiata Keïta. Les trois lauréats ont eu droit à trois stages de deux semaines à Afrikatoon.

«Nous souhaitons valoriser des talents, mais aussi insuffler une dynamique de l’animation en Afrique», souligne Kan Souffle. L’idée des responsables du Studio est  de transmettre le savoir-faire et de découvrir de nouveaux talents.

Le studio entame déjà son troisième long-métrage, une pure fiction qui parlera de l’histoire d’un masque africain méprisé de tous qui finira par sauver son village. Comme pour dire qu’Afrikatoon a le vent en poupe.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
Soundiata Keïta

Related Articles

Relation des conjoints vivant entre l’Afrique et l’Occident: entre réussite et échec

Le phénomène est réel sur le continent africain et est similaire dans plusieurs pays. Plusieurs couples qui se sont formés

Communiqué: Le Congo débarque enfin à Paris les 27&28 Mai 2017 au Pan Piper !

C’est avec beaucoup d’enthousiasme que nous vous présentons Congo Na Paris. Journées des cultures du Bassin du Congo, il sera l’événement

RDC . Fally Ipupa sort indemne d’un grave accident à Kinshasa

  Fally Ipupa a eu la vie sauve mercredi grâce au Créateur. L’artiste de la chanson congolais qui est rentré

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*