De deux choses l’une: soit le Congo est indépendant ou c’est une colonie

François Hollande et Joseph Kabila. Source: DR

François Hollande et Joseph Kabila. Source: DR

Je constate, ahuri, que les Congolais sont friands des nouvelles venant de l’Occident. Ils annoncent urbi et orbi avec fierté et totale satisfaction que les USA ont condamné tel ou tel, que la France a dit ci et ça, que les députés belges sont vent debout contre Kabila, que jamais Kabila n’a jamais subi une telle pression de la part des Occidentaux, etc.

Les mêmes indolents observateurs des nouvelles occidentales sont aussi les mêmes qui crient au scandale quand les mêmes occidentaux imposent tel prédateur ou tel incompétent à la tête de leur pays ou qu’ils ferment les yeux sur les crimes perpétrés en RDC. Pensent-ils un seul instant que les gesticulations occidentales sont faites pour le bonheur des Congolais ?

Si Kabila doit partir, il faut qu’il parte par la volonté des Congolais et sous les pressions des Congolais et non parce que les Occidentaux le veulent sinon c’est encore eux qui vont imposer un autre monstre plus prompt à satisfaire leurs intérêts souvent opposés aux intérêts des Congolais.

De deux chose l’une. Ou le Congo est indépendant, auquel cas il appartient aux Congolais de prendre en main le destin de leur pays ; ou le Congo est une colonie auquel cas les Congolais doivent demeurer les sous-hommes sous les ordres de leurs maîtres occidentaux. Et ça se passe 56 ans après leur «indépendance».

Blaise Kapampy


Tags assigned to this article:
congokinshasapolitiqueRDC

Related Articles

RDC: Le gouvernement Matata 2 est enfin arrivé

Le gouvernement de cohésion national promis par le président congolais, Joseph Kabila, vient après 14 mois d’attente être nommé. C’est

RDC: Les autorités retirent les licences d’exploitation de 10 compagnies aériennes

De nouvelles compagnies sont encore dans la tourmente en République Démocratique du Congo (RDC). Au total dix compagnies se sont

RDC : Incendie des sièges des partis de l’opposition, des représailles préméditées ?

Après une journée du lundi 19 septembre apocalyptique, la ville de Kinshasa qui retrouvait peu à peu un calme timide

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*