Des acteurs feignent de former un couple adultère et vivent une humiliation invraisemblable en public (VIDEO)

En plein ébat dans une chambre d’hôtel, ce couple adultère aura vécu des moments difficiles à Haïti… du moins c’est ce qu’ont cru les passants.

Dans une vidéo devenue virale, un nouveau sketch de la troupe de théâtre haïtienne Brigade d’Intervention Théâtrale a surpris tout son monde par son réalisme. Dans ce spectacle, tout commence lorsque des clients d’un bordel de la capitale ont entendu une femme crier de douleur. Son partenaire était en réalité coincé dans son corps, ne parvenant pas à se dégager. Pour leur venir en aide, les secours n’ont pas trouvé d’autre solution que de les transporter, toujours « bloqués », jusqu’à l’hôpital dans une charrette en bois qui a traversé la ville.

Couverte de honte, la femme mariée dissimule tant bien que mal son visage sous un drap pour ne pas qu’on la reconnaisse. Cette dernière aurait été victime de vaginisme pendant l’acte, une contraction musculaire du plancher pelvien qui aurait coincé le sexe de son partenaire.

Les passants ne sont absolument pas au courant que toute la scène est en réalité pensée et montée de toute pièce. Un membre de la compagnie théâtrale, infiltré dans la foule, fait même en sorte de leur faire croire que tout est réel.

www.dhnet.be


Tags assigned to this article:
Haitividéo

Related Articles

iPads vs iPhones: tweet it, just tweet it

ARVE Error: id and provider shortcodes attributes are mandatory for old shortcodes. It is recommended to switch to new shortcodes

Pour être Miss Ouganda, il faut traire les vaches et garder les moutons

  Oubliez les démarches glamour en talons hauts et les poses sexy en maillot de bain: pour devenir Miss Ouganda

Droit de Cité – Vital Kamerhe: « J’ai refusé d’accompagner Joseph Kabila dans ses dérapages »

Le président de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Vital Kamerhe était l’invité de l’émission Droit de Cité, présenté par

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*