Deux journalistes arrêtés au Zimbabwe après un article sur la santé de Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

Le président zimbabwéen Robert Mugabe

La police zimbabwéenne a interpellé vendredi deux journalistes du principal journal indépendant du pays après la publication d’un article mettant en doute la bonne santé du président Robert Mugabe, parti cette semaine à Singapour pour une « visite médicale », a indiqué leur avocat.

Me Obey Shava a confirmé à l’AFP que le rédacteur en chef de NewsDay, Wisdom Mudzungairi et Richard Chidza, reporter dans ce même journal avaient été arrêtés, avant d’être relâchés quelques heures plus tard. « Ils sont accusés d’avoir insulté le président et de saper son autorité », a-t-il expliqué.

« La police affirme que c’est en relation avec la une du journal de jeudi », a-t-il ajouté. Les deux hommes devront comparaître ce samedi devant un tribunal, à Harare, a précisé l’avocat.

Jeudi, NewsDay avait publié un article intitulé « Nouvelle alerte sur la santé de Mugabe » dans lequel le président était décrit comme étant « supposément en mauvaise forme ».

Mercredi matin, le président zimbabwéen qui vient de célébrer son 93e anniversaire avec un festin gargantuesque s’était envolé pour Singapour, officiellement pour « une visite médicale programmée ». Il est supposé revenir en début de semaine prochaine.

La santé du plus vieux chef d’Etat en exercice au monde est une source intarissable de rumeurs au Zimbabwe.

Ses voyages fréquents en Asie et notamment à Singapour pour des bilans médicaux font régulièrement l’objet de spéculations.

En 2016, le gouvernement avait été obligé de démentir sa mort au cours de ses vacances annuelles passées en Asie.

Mais malgré ces rumeurs, M. Mugabe, au pouvoir depuis 1980 ne pense pas du tout à la retraite. Candidat à sa propre succession pour les élections de 2018, il s’est toujours gardé de désigner un successeur et assure qu’il compte régner jusqu’à ses 100 ans.

Dans le classement 2016 de la liberté de la presse dans le monde établi par Reporters sans frontières (RSF), le Zimbabwe occupe la 124e place.

L’ONG dénonce notamment le « harcèlement et l’intimidation de journalistes par le gouvernement de Robert Mugabe ».

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
mugabezimbabwe

Related Articles

Egypte : Procès moubarak: des milliers de personnes protestent place Tahrir

Les manifestants qui ont investi la place Tahrir depuis le 3 juin réclament, entre autres, la suspension de l’élection présidentielle, la formation d’un conseil présidentiel

Kenya: les électeurs afffluent après une nuit marquée par la mort de policiers

Les électeurs affluaient en grand nombre lundi au Kenya, où six policiers ont été tués dans la nuit dans la

Violences conjugales: En 5 ans les chiffres ont doublé au Sénégal

Un atelier d’élaboration de «procédures opérationnelles standards pour la prise en charge et la prévention des violences basées sur le

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*