Diplomatie: la RDC aux abonnés absents sur la scène internationale?

Drapeau de la RDC parmi d'autres au Ministère de l'économie et de Finance à Paris.

Drapeau de la RDC parmi d’autres au Ministère de l’économie et de Finance à Paris.

La République démocratique du Congo, qui était annoncée à plusieurs rencontres internationales, n’a pas daigné faire le déplacement. Les autorités congolaises n’ont répondu ni aux invitations de leurs homologues françaises ni à celles des Burkinabè. En attendant d’avoir des explications sur ce semblant de boycott, c’est la diplomatie congolaise qui prend un sacré coup.

Trois grand rendez-vous durant ce mois d’octobre 2016 où la RDC était annoncée en grande pompe. Au final aucune ombre d’une autorité congolaise n’a été aperçue. Ces rendez-vous, ce sont le Salon des Petites et moyennes Entreprises (PME) organisé à Paris par la chambre de commerce, les Journées Afrique sur le développement et l’innovation numérique organisé par le ministère français de l’Economie et des Finances et enfin, le Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou ouvert, le 28 octobre 2016 à Ouagadougou.

Pour tous ces événements, la RD Congo était annoncée. Aux journées Afrique, on a même eu droit au drapeau congolais, signe de la présence officielle de ce pays.

Visiblement, ce type de rendez-vous ne semble pas intéresser les dirigeants congolais. Qu’une haute autorité soit empêchée du fait d’autres obligations peut se comprendre. Mais, alors pourquoi ne pas faire comme d’autres pays qui dépêchent une délégation avec des experts du secteur?

Comment expliquer l’absence de la RDC au salon des PME? Le Congo n’a t-elle pas une chambre de commerce? Ce pays n’a pas d’entrepreneurs qui mériteraient une visibilité internationale?

En tout cas au ministère français de l’Economie, nombreux étaient ces entrepreneurs de la diaspora venus avec l’espoir de rencontrer un officiel congolais et d’essayer d’échanger avec lui. A 8 h, un sms confirme la présence de la délégation RD Congolaise. Puis à 9h, un second sms annonce que la délégation de Kinshasa n’était toujours pas arrivée. Finalement vers 11h, on fait comprendre que la RDC sera absente.

img_5620

Stand du Sénégal au SIAO 2016


Au Burkina Faso, c’est la même musique. Quasiment tous les pays sont représentés au SIAO. Le Togo, le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Cameroun, le Nigéria, le Sénégal… Leurs stands font la fierté des leurs. Un tour des pavillons à la recherche du drapeau congolais. Même chose. Pas un morceau d’origine congolaise. Donc, la RDC ne participe pas à la grande fête de l’artisanat africain. Ce pays a pourtant une génération d’artistes mondialement reconnus. On se souvient du succès de l’exposition Beauté Congo à la fondation Cartier. Prévu pour deux semaines, elle est restée près de trois mois. Les petits frères ou les élèves d’un « Chéri Samba » ne méritent-ils pas cette vitrine qu’est le SIAO?

img_5613

Stand du Bénin au SIOA 2016

Il est à s’interroger sur la vision et la place de la RDC dans le concert des nations. Doit-elle se contenter d’un simple coloris dans l’Atlas du Monde ou prendre réellement part aux concerts des Nations.

Sans doute, les autorités congolaises semblent être plus préoccupées à garantir à Joseph Kabila un troisième mandat que de faire rayonner l’image de la RDC au plan international au profit et pour le bonheur de tous les Congolais.

ROGER MUSANDJI
© OEIL D’AFRIQUE

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
congodiplomatieRDC

Related Articles

RDC-Rwanda: Echanges de tirs entre soldats congolais et rwandais à la frontière

Des échanges de tirs ont opposé pendant plusieurs heures mercredi matin des soldats congolais et rwandais à la frontière entre

RDC: Joseph Kabila, président secret et mal aimé à Kinshasa

Kinshasa qui ne l’a jamais aimé s’est embrasée cette semaine à l’idée de le voir s’accrocher à son poste, mais

Concertations nationales en RDC : un discours et rien !

Les concertations nationales, qui ont démarré le 7 septembre à Kinshasa, ont laissé perplexe plus d’un observateur de la scène

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*