Ecoutes téléphoniques Djibrill Bassolé et Guillaume Soro, le gouvernement burkinabé réagit

Le ministre #Burkinabè délégué à la sécurité réagit aux écoutes téléphoniques qui impliqueraient Guillaume #Soro (VIdéo)Alain Jean-Claude Zagré, affirme avoir écouté la  » version originale « , mais pas celle qui circule sur Internet.Rendez-vous sur www.voaafrique.com

Posted by VOA Afrique on Thursday, November 26, 2015

Le ministre burkinabé délégué chargé de la sécurité, Alain Jean-Claude Zagré  à répondu aux questions des journalistes au cours d’une conférence de presse, ce 26 novembre 2015. Il est revenu sur les écoutes téléphoniques qui circulent sur la toile. En effet, depuis plusieurs semaines une conversation téléphonique non vérifiée entre Guillaume Soro et Djibril Bassolé secoue les réseaux sociaux et la presse nationale en Côte d’Ivoire et au Burkina Faso.

Pour le ministre Alain Jean-Claude Zagré, cette bande sonore qui « circule sur les téléphones portables », mais qu’il n’a pas écoutée. « Personnellement, je ne l’ai pas entendue », dit-il. Puis d’ajouter « je ne sais pas si c’est authentique ou pas ».

Bande sonore originale

Le ministre a tout de même confirmé l’existence d’une écoute téléphonique entre Djibrill Bassolé et le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro. « J’ai écouté la bande sonore originale, mais je ne sais pas si ce qui circule est la bonne… Même si c’est j’ai écouté une bande actuellement, on est en train de l’authentifier », affirme-t-il.

Domicile de Soro.

Toujours dans le cadre de l’enquête sur le putsch du 16 septembre 2015, une maison, supposée appartenir à Guillaume Soro, a été perquisitionnée. Qu’en est-il ? Répondant à la question, le ministre délégué à la sécurité affirme que cette maison n’appartient pas au président de l’Assemblée nationale ivoirienne.

« Cette maison appartient à l’Etat burkinabè. C’est une maison qui lui (Guillaume Soro, NDLR) a été prêtée, il en a fait usage pendant longtemps, ça donne l’impression que ça lui appartient, mais jusqu’à preuve du contraire, ça appartient à l’Etat », a détaillé Alain Jean-Claude Zagré.

Pour rappel, le Général Djibrill Bassolé est inculpé dans le cadre de l’enquête sur le coup d’Etat perpétré en septembre par le Général Gilbert Diendéré. Il est accusé, entre autres, d’avoir été en collusion avec des « forces étrangères ».


Related Articles

Pour les USA, la situation au Burkina Faso est issue du non respect des règles établies

Déclaration de NSC porte-parole Bernadette Meehan sur la situation au Burkina Faso Les Etats-Unis sont profondément préoccupés par la détérioration

Burkina: manifestations après l’annonce d’un référendum rouvrant la voie à Campaoré

Des manifestations ont émaillé la nuit de mardi à mercredi à Ouagadougou, après l’annonce par le gouvernement burkinabè d’un référendum,

Burkina: le Président Kafando nomme Sidi Paré au ministère de la Sécurité

Le colonel Sidi Paré a été nommé ministre délégué à la Sécurité en début de semaine par le président de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*