Election du chef de l’OMS à Genève

Un photomontage des trois candidats pour prendre la tête de l'OMS: le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus (Ethiopie, 52 ans) (G), la Dr Sania Nishtar (Pakistan, 54 ans) (C) et le Dr David Nabarro (Royaume-Uni, 67 ans) le 26 janvier 2017 à Genève afp.com - FABRICE COFFRINI

Un photomontage des trois candidats pour prendre la tête de l’OMS: le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus (Ethiopie, 52 ans) (G), la Dr Sania Nishtar (Pakistan, 54 ans) (C) et le Dr David Nabarro (Royaume-Uni, 67 ans) 

Les 194 Etats membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) vont élire mardi à huis clos celui ou celle qui remplacera en juillet la Chinoise Margaret Chan, qui est restée à la tête de cette agence de l’ONU pendant plus de dix ans.

Pour la première fois, les Etats membres de l’OMS pourront choisir sur une liste de trois candidats. Auparavant, le Conseil exécutif ne soumettait qu’un seul candidat à l’Assemblée mondiale de la Santé, qui procédait à la nomination finale.

Les trois candidats encore en lice, deux hommes et une femme, sont le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus (Ethiopie, 52 ans), le Dr David Nabarro (Royaume-Uni, 67 ans) et la Dr Sania Nishtar (Pakistan, 54 ans).

La Dr Margaret Chan (Chine) avait été élue pour la première fois à ce poste en 2006 et elle terminera son second mandat le 20 juin.

L’élection du nouveau patron de l’OMS se déroule dans le cadre de la 70e Assemblée mondiale de la santé (22 au 31 mai à Genève), lors de laquelle les membres doivent adopter un budget pour 2018/2019 et débattre de multiples sujets allant de la réponse aux urgences sanitaires aux maladies non transmissibles en passant par l’éradication de la variole ou la lutte contre la pénurie mondiale de médicaments et de vaccins.

L’élection débute à 14h00 (12h00GMT) avec les discours des trois finalistes, qu’il sera possible de voir sur internet.

« Seules les délégations des Etats membres pourront entrer dans la salle », a précisé un porte-parole de l’OMS, Tarik Jasarevic.

– Scrutin secret –

L’élection se déroulera à huis clos et à scrutin secret.

La nomination du directeur général nécessite une majorité des deux tiers des membres votants. Si aucun candidat n’obtient la majorité requise, le candidat qui recueille le plus petit nombre de voix est éliminé. Au tour de scrutin suivant, le candidat obtenant la majorité des deux tiers est nommé directeur général. A nouveau, si aucun candidat n’obtient la majorité requise, celui qui obtient au tour suivant la majorité ou plus des Etats membres remporte l’élection.

Le Dr Nabarro, qui exerce depuis 1999 des fonctions de responsabilité au sein des Nations unies et de l’OMS, et l’ex-ministre éthiopien des Affaires étrangères, le Dr Tedros, soutenu par l’Union Africaine, font figure de favoris. Chercheur renommé sur le paludisme, cet ancien ministre de la Santé souhaiterait devenir le premier Africain à diriger l’OMS.

M. Nabarro a notamment fait la Une des médias entre août 2014 et décembre 2015 comme Envoyé spécial de l’ONU pour la lutte contre la maladie à virus Ebola.

Seule femme sur la « short list », la cardiologue pakistanaise Sania Nishtar, 53 ans, travaille depuis 2014 au sein de l’OMS comme coprésidente de la Commission pour mettre fin à l’obésité de l’enfant.

En 2015, elle avait été une candidate malheureuse au poste de Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés (HCR).

L’OMS est probablement l’agence des Nations unies la plus influente, car elle coordonne les réponses aux pandémies, mais fixe également des normes pour les systèmes de santé nationaux y compris dans les pays occidentaux.

Durant la présidence de Mme Chan, l’OMS a notamment souffert d’accusations de manque de transparence.

L’OMS a de plus été critiquée pour son manque de discernement sur la gravité de la crise d’Ebola en Afrique de l’Ouest entre fin 2013 et 2016, qui a causé plus de 11.300 morts, dont plus de 99% en Guinée, au Liberia et en Sierra Leone.

Mme Chan a reconnu lundi que l’épidémie avait « pris tout le monde, y compris l’OMS, par surprise ». L’OMS a ensuite toutefois « réussi à contrôler trois flambées et a donné au monde le premier vaccin de l’Ebola qui confère une protection importante », a-t-elle déclaré.

 
AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
éléctiongeneveoms

Related Articles

La mode et la culture congolaise au Congo Fashion Week

Pour les trois jours consacrés à la première édition de la Congo Fashion Week, le top de l’évènement a été donné le 17 août

Zambie: guerre de succession autour du cercueil du président Sata

  Le président zambien par intérim Guy Scott, qui a démis son principal rival de ses fonctions au sein du

Vatican : le cardinal Monsengwo envoyé du pape en Syrie

Le pape Benoît XVI a décidé de s’impliquer pour la paix en Syrie. La délégation du Vatican comprendra le cardinal-archevêque

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*