Elections législatives: reconfiguration de la cartographie politique de Côte d’Ivoire.

Un membre de la commission électorale indépendante vide une urne de ses bulletins, le 18 décembre 2016. © Sia KAMBOU / AFP

Un membre de la commission électorale indépendante vide une urne de ses bulletins, le 18 décembre 2016. © Sia KAMBOU / AFP

La Côte d’Ivoire consolide sa démocratie. Après l’élection présidentielle de 2015, les ivoiriennes étaient invité dimanche 18 décembre à renouveler  le mandat des députés. Un exercice sous la volonté de réussir la réconciliation nationale.

La reconfiguration au réveil de la cartographie politique de Côte d’Ivoire. Le FPI version Affi N’Guessan, revient dans le jeu politique avec en tête son mentor. Pour la première fois de sa longue carrière politique, Affi va siéger au parlement avec « des camarades » de sa mouvance. Il faut se réjouir de ce retour du FPI dans ce parlement, contrôlé anciennement en totalité par la coalition RHDP au pouvoir.

Le « séisme », c’est aussi la débâcle des dinosaures du PDCI. Le parti dirigé par la vieille garde, le légendaire Henri Konan Bédié, a subit la grosse secousse. La débâcle des Ministres Kobenan Adjoumani dans l’est (Tanda), de Allah Kouadio Rémi à Toumodi, mais surtout celles de Guikahué Maurice ( Secrétaire GL du PDCI) et Véronique Aka, constituent les empruntes de la gifle des populations à l’encontre du PDCI.

La circonscription de Cocody, choc et duel de ses législatives 2016, n’a pas encore officiellement livré son verdict même si les tendances annoncent une nette victoire de Yasmina Ouegnin. L’UDPCI et l’UPCI des ex-ministres Mabri et Konan Gnamien s’en sont plutôt bien sortis. L’UPCI se serait adjugée trois (3) circonscriptions. A contrario, le « petit poucet » MFA de Azoumana Moutaye a sombré et avec son leader à Kouassidatékro.

Dans l’attente de la proclamation des résultats officiels par la CEI, des leçons restent à tirer par les acteurs politiques. La reconsidération de la cartographie politique avec un parlement désormais pluriel. 

Jonas Sankara

Jonas Saraka

Jonas Saraka

KOUAKOU Kouamé Jonas alias Jonas SARAKA. Licence de Journalisme, DEUG II en Sciences économiques.


Tags assigned to this article:
cote d'ivoireéléctionslégislativespolitique

Related Articles

L’opinion de la jeunesse RD Congolaise sur la situation politique du pays.

    La République Démocratique du Congo ce grand et beau pays ou bien social et communautaire, doit avoir un

Côte d’Ivoire: la Commission de réconciliation exige la libération des prisonniers politiques

  Après trois années d’exercice, la commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr) présidée par Charles Konan Banny a remis son

Dans une dictature africaine, le peuple est sous-informé, alors que dans une «grande démocratie» occidentale, il est désinformé.

Je vais être un peu cynique. Au regard de tout ce que l’on observe ces derniers temps en Occident, notamment

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*