Et si le pétrole était la seule raison de l’intervention française au Mali ?

Et si le pétrole était la seule raison de l’intervention française au Mali ?

La France est rentrée en guerre contre le terrorisme au Mali. A l’issue d’un conseil de défense consacré à cette opération malienne, le président français, François Hollande s’exprimait en ces termes: « D’ores et déjà, grâce au courage de nos soldats, un coup d’arrêt a été porté et de lourdes pertes ont été portées à nos adversaires… Mais notre mission n’est pas achevée », puis d’y ajouter : »La France n’a pas d’autre but que la lutte contre le terrorisme ».

 

Cette entrée en guerre de la France au Mali n’est qu’une suite logique à l’appel à l’aide lancé dans un courrier envoyé par le président malien Dioncounda Traoré à son homologue français, François Hollande. A y regarder de plus près, une autre lecture des intentions françaises dans la région est visible. En effet, pourquoi répondre favorablement à la demande malienne et refuser celle du président centrafricain, François Bozizé, lui aussi attaqué par des troupes rebelles qui se rapprochaient dangereusement de la capitale, Bangui?

 

L’image en dessous est parlante. La re-colonisation de l’Afrique est en marche. Pour se faire, on lance des guerres ici et là contre des dictateurs et des terroristes. Ecarté du moyen orient et de son pétrole, par les Etats-Unis et la Grande Bretagne, la France a également perdu sa place de gendarme africain dans la région des grands lacs où le génocide rwandais continue de le poursuivre comme un fantôme. La vraie et unique raison de ces guerres, c’est le pétrole. La France a cherché un prétexte, le groupe Ansar Eddine le lui a donné.

 

 

Pétrole au mali


Tags assigned to this article:
francemalipetrole

Related Articles

Congo-France, après le beau temps, les nuages ?

Les relations entre le Congo et la France sont au beau fixe. La dernière visite de travail du président Denis

John Dramani Mahama, président par intérim du Ghana, peut rêver d’un destin à la « nigériane » !

La mort, au printemps 2010, du président de la République du Nigéria, Umaru Yar’Adua, avait propulsé sur le devant de

Nous devons mettre de côté nos passions

Moi, Patrick Mbeko, je le dis: certains compatriotes « combattants » sont dangereux, je dirais même très dangereux pour la noble lutte

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Laisser un commentaire