Et si le pétrole était la seule raison de l’intervention française au Mali ?

Et si le pétrole était la seule raison de l’intervention française au Mali ?

La France est rentrée en guerre contre le terrorisme au Mali. A l’issue d’un conseil de défense consacré à cette opération malienne, le président français, François Hollande s’exprimait en ces termes: « D’ores et déjà, grâce au courage de nos soldats, un coup d’arrêt a été porté et de lourdes pertes ont été portées à nos adversaires… Mais notre mission n’est pas achevée », puis d’y ajouter : »La France n’a pas d’autre but que la lutte contre le terrorisme ».

 

Cette entrée en guerre de la France au Mali n’est qu’une suite logique à l’appel à l’aide lancé dans un courrier envoyé par le président malien Dioncounda Traoré à son homologue français, François Hollande. A y regarder de plus près, une autre lecture des intentions françaises dans la région est visible. En effet, pourquoi répondre favorablement à la demande malienne et refuser celle du président centrafricain, François Bozizé, lui aussi attaqué par des troupes rebelles qui se rapprochaient dangereusement de la capitale, Bangui?

 

L’image en dessous est parlante. La re-colonisation de l’Afrique est en marche. Pour se faire, on lance des guerres ici et là contre des dictateurs et des terroristes. Ecarté du moyen orient et de son pétrole, par les Etats-Unis et la Grande Bretagne, la France a également perdu sa place de gendarme africain dans la région des grands lacs où le génocide rwandais continue de le poursuivre comme un fantôme. La vraie et unique raison de ces guerres, c’est le pétrole. La France a cherché un prétexte, le groupe Ansar Eddine le lui a donné.

 

 

Pétrole au mali


Tags assigned to this article:
francemalipetrole

Related Articles

Denis Sassou N’Guesso et Pascal Lisouba: Une leçon de fair-play politique

C’était le 31 août 1992. Ce jour-là, Denis Sassou N’Guesso passait la main à Pascal Lissouba. La passation des pouvoirs

Syrie : isolement, agacement

Dix huit mois déjà que dure la guerre en Syrie, entre un pouvoir acculé à la défensive mais déterminé à

Les Africains ne veulent pas sortir de cette dépendance envers le Nord

Par Patrick Mbeko Franchement, même si l’Occident cause beaucoup de tort à l’Afrique, force est de reconnaître aussi que les Africains

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Laisser un commentaire