La famille de Simone Gbagbo « reconnaît » le camp Sangaré comme « représentant » du FPI

Simone Gbagbo

Simone Gbagbo

Marc-Antoine Ehivet, frère cadet de l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, a affirmé lundi que la famille Ehivet reconnaissait le camp Abdourahamane Sangaré comme « représentant » du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), parti de l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo, incarcéré à La Haye pour « crimes contre l’humanité ».  

« La famille Ehivet reconnaît Sangaré comme seul et légitime représentant du FPI », a déclaré Marc-Antoine Ehivet, à une rencontre entre M. Sangaré et les parents de Simone Gbagbo à Moossou (43 Km au Sud-est d’Abidjan), village natal de l’ex-Première dame.  

Ni la condamnation de Simone Ehivet Gbagbo, à 20 ans de prison ferme pour « atteinte à la sûreté de l’Etat » dans le cadre de la crise postélectorale de 2010-2011, ni le gel de ses avoirs « n’ont à aucun instant entaché notre unité et solidarité » envers l’ancien couple présidentiel, a relévé Marc-Antoine Ehivet.

M. Sangaré qui était accompagné d’une trentaine de membres du parti, s’est réjoui de ce que la famille de Simone Gbagbo soit « restée digne et fière » malgré la condamnation de leur « sœur », actuelement sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale (CPI), pour son rôle dans les violences postélectorales de 2010-2011.

« Simone Gbagbo est une dame forte », a décalé M. Sangaré face à une centaine de membres de la famille Ehivet.

Le FPI est divisé depuis plusieurs mois pour des problèmes de leadership. Le camp Sangaré et celui de l’ex-Premier ministre Affi Nugessan, reconnu comme chef de la formation politique par les autorités, se disputent le contrôle du parti de Gbagbo.

« Gbagbo et Simone ont créé le FPI, une œuvre pour l’éternité (…) que personne ne peut la casser et la vider de sa substance », a lancé M. Sangaré sous des ovations des membres de la famille.

Alors que Mme Gbagbo se trouve dans l’antre de la justice ivoirienne, son époux, lui est en procès à La Haye avec l’un de ses proches, Charles Blé Goudé, leader des « jeunes patriotes ». Lundi dernier, l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, a comparu à nouveau en assises pour « crimes de guerre ».

Patrice Allegbe
Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE

 

Tags assigned to this article:
cote d'ivoireSimone Gbagbo

Related Articles

Les deux Ivoiriens accusés de piratage informatique lors de la présidentielle Gabonaise libérés

Les deux Ivoiriens accusés de piratage informatique lors de la présidentielle Gabonaise ont été libéré ce samedi. Accusé de piratage

Côte d’Ivoire : Daniel Kablan Duncan reconduit à la tête du gouvernement

Le président Alassane Ouattara a reconduit mercredi Kablan Duncan dans ses fonctions de Premier ministre, après avoir présenté le même

Côte d’Ivoire: l’armée attaquée dans la ville de Dabou, près d’Abidjan

L’armée ivoirienne a été de nouveau attaquée par des inconnus armés dans la nuit de mercredi à jeudi, à Dabou,

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*