« Le Franc malgré son nom est la monnaie des Africains », déclare le ministre français de l’Économie

Franc CFA

Le Franc CFA |© DR

Le ministre français de l’Economie Michel Sapin a refusé vendredi d’évoquer le débat sur le Franc CFA en Afrique, se retranchant derrière la souveraineté des Africains sur le sujet lors d’une réunion des ministres des Finances de la zone franc à Abidjan.

« Ce n’est pas un sujet que j’aborde car c’est un sujet qui appartient aux Africains. Le Franc malgré son nom est la monnaie des Africains, ce n’est plus la monnaie de la France, il a disparu en Europe. Sur toutes ces questions-là, c’est aux Africains de se prononcer et ce n’est pas à nous de le faire à leur place », a affirmé le ministre.

« Il y a un rôle institutionnel bien connu: nous sommes un élément de garantie de la monnaie mais, pour le reste, le rôle est avant tout d’écouter, de faciliter et d’appuyer lorsqu’il le faut », a-t-il précisé

« La France est là en amie pour soutenir, aider des pays qui sont puissants, ont beaucoup d’avenir, mais qui doivent faire face à un certain nombre de difficultés », a-t-il ajouté alors que de nombreux pays de la zone CFA ont actuellement des problèmes budgétaires touchés par un ralentissement de l’activité et une baisse de certaines matières premières.

Le « CFA », utilisé par 15 pays francophones d’Afrique de l’ouest et du centre (155 millions d’habitants), est lié à l’euro par un système de parité fixe. Pour garantir cette parité, les Etats africains doivent déposer 50% de leurs réserves de change auprès du Trésor français.

La zone Franc comprend 14 pays d’Afrique subsaharienne (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée Bissau, Mali, Niger, Sénégal, Togo, Cameroun, Congo, Gabon, Guinée Équatoriale, Centrafrique et Tchad). Le quinzième membre est l’archipel des Comores.

Ce lien fort avec l’euro est considéré par beaucoup comme un gage de stabilité. Mais certains économistes, responsables africains et militants accusent le CFA de freiner le développement de l’Afrique et considèrent que ce lien avec l’ancienne puissance coloniale est une perte de souveraineté, les pays étant tributaires de la zone euro.

Paris s’est dit ouvert, à la mi-mars dernier, « à toutes les propositions » que les 15 pays de la zone franc pourraient formuler lors de la réunion d’Abidjan où il sera aussi question des programmes du FMI et l’accès des pays à des emprunts.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
CFAFranc

Related Articles

Les élections régionales et municipales sont  »transparentes », rassure Alassane Ouattara

Le Chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara a voté dimanche en fin de matinée au Lycée Sainte Marie de Cocody

Egypte: le nouveau chef de l’église copte désigné par un enfant

Le nom du 118ème patriarche de l’église copte orthodoxe d’Egypte sera connu dimanche en milieu de journée à l’issue d’un

L’ivoire un marché juteux pour les braconniers

Le trafic de l’ivoire, un recensement d’environ 30 000 éléphants tués par an selon le Fonds mondial pour la nature

1 commentaire

Espace commentaire
  1. CONGOMFOA
    CONGOMFOA 15 avril, 2017, 18:08

    Monnaie des Africains, peut-être, puisque c’est eux qui l’utilisent. Mais c’est Paris, la France, qui décide à leur place pour la dévaluer. Et à quand la fin de l’impôt pour le « fauteuil » et la taxe sur la monnaie encaissés par le Trésor public français ? Les Etats d’Afrique francophones, anciennes colonies françaises, sont les seuls pays au monde qui vivent avec une monnaie d’emprunt gérée par leur ancien (?) maître. N’est-ce pas enrichissant pour la France ? A quand la fin de cette servitude, une autre forme de maintien en esclavage ?

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*