France : François Hollande a rendu visite à Théo, le jeune d’origine congolaise victime d’une agression policière

Dans la matinée, il avait fait sa première déclaration publique sur le sujet. Ce mardi 7 février dans l’après-midi, François Hollande s’est rendu au chevet de Théo, le jeune homme violenté par des policiers au cours d’une arrestation jeudi 3 février à Aulnay-sous-Bois (banlieue parisien).

Le chef de l’État Français, qui est resté une demi-heure avec Théo entouré de plusieurs membres de sa famille, a indiqué qu’il entendait ainsi « souligner combien il avait réagi avec dignité et avec responsabilité après ce qui lui est arrivé« . François Hollande entendait aussi signaler que « la justice est saisie, qu’il faut lui faire confiance, qu’elle va aller jusqu’au bout et a commencé à prendre des décisions ».

De son côté, le Premier ministre et ancien ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a, appelé à «la plus grande fermeté » dans cette affaire. « Je sais à quel point les policiers et les gendarmes sont exposés dans la lutte antiterroriste et aux violences, mais ils doivent être à chaque instant absolument exemplaires », a-t-il lancé dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Le jeune homme a cependant souligné qu’il souhaiterait retrouver sa ville « comme il l’avait laissée », dans une allusion aux violences qui se sont produites ces trois dernières nuits à Aulnay-sous-Bois où des véhicules et des poubelles ont été incendiés. Théo a exhorté les jeunes à ne « pas faire la guerre » et à « rester unis », disant avoir « confiance en la justice ».

François Hollande dans la chambre d'hôpital de Théo accompagné de sa mère.

François Hollande dans la chambre d’hôpital de Théo accompagné de sa mère.

« Merci à vous pour l’amour pour votre ville »

Visiblement ému, François Hollande a enchaîné : « Merci à vous pour ce message, pour cette confiance et pour l’amour pour votre ville ». La mère du jeune homme a souligné à son tour combien Théo « aime Aulnay » où il est né dans ce même hôpital où il est soigné à présent.

Un policier a été mis en examen pour viol et trois autres pour violences volontaires en réunion après que le jeune homme de 22 ans a été gravement blessé à coups de matraque au niveau de la zone rectale. Théo s’est vu prescrire 60 jours d’incapacité totale de travail (ITT). Cette affaire a suscité une vive émotion et provoqué plusieurs nuits d’incidents dans son quartier.

Oeil d’Afrique avec AFP



Related Articles

RDC: Museveni dénonce la force de l’ONU qui est « une honte » et fait « du tourisme »

Le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) et les rebelles du mouvement M23 vont entamer des discussions dimanche

Soudan: libération des premiers détenus politiques après une amnistie

Khartoum a libéré mardi six détenus politiques, les premiers au lendemain d’une amnistie annoncée par le président soudanais Omar el-Béchir

« L’actualité africaine en 5 titres » du 22 novembre 2016

Génocide : les regrets de l’Eglise rwandaise Au Rwanda, l’Eglise catholique demande pardon au cas où certains de ses responsables

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*