France: Primaire de la droite: double coup de tonnerre, Fillon premier devant Juppé, Sarkozy éliminé

François Fillon, le 18 novembre 2016 (AP Photo/Thibault Camus)

François Fillon, le 18 novembre 2016 (AP Photo/Thibault Camus)

Double coup de tonnerre dans le ciel de la droite française: François Fillon, arrivé en tête, affrontera Alain Juppé dimanche prochain au second tour de la primaire, tandis que l’ancien président Nicolas Sarkozy est éliminé et a annoncé son retrait de la vie politique.

François Fillon arrive largement en tête du premier tour avec 44,1% des voix, devant Alain Juppé (28,2%) et Nicolas Sarkozy (21%), selon les chiffres fournis à 22H30 par l’entité organisatrice du scrutin, portant sur 3,43 millions de votants et 8.709 bureaux de vote.

Loin derrière suivent Nathalie Kosciusko-Morizet (2,5%), Bruno Le Maire (2,5%) Jean-Frédéric Poisson (1,4%) et Jean-François Copé (0,3%).

François Fillon réalise donc la première sensation de cette primaire. L’ancien Premier ministre, longtemps placé en quatrième position dans la plupart des enquêtes d’opinion, prend une éclatante revanche sur Nicolas Sarkozy qui l’avait ravalé au rang de « collaborateur » après l’avoir nommé à Matignon en 2007.

L’ancien président, battu d’une courte tête par François Hollande en 2012, sorti de sa retraite en 2014, subit l’une des plus retentissantes défaites de sa carrière: éliminé dès le premier tour d’un scrutin organisé par son propre parti, dont il avait reconquis la présidence en 2014.

« J’ai beaucoup d’estime pour Alain Juppé, mais les choix politiques de François Fillon sont plus proches (…). Je voterai François Fillon », a annoncé M. Sarkozy dans une déclaration sobre et digne depuis son QG. L’ancien président a également demandé à ses électeurs de « ne jamais emprunter la voie des extrêmes » pour la présidentielle 2017, ciblant le Front national, et a annoncé à mots couverts son retrait de la vie politique: « il est temps pour moi maintenant d’aborder une vie avec moins de passions publiques et plus de passions privées ».

Alain Juppé, longtemps donné largement en tête par tous les instituts, se qualifie finalement en distançant Nicolas Sarkozy de moins de 20.000 voix, selon les chiffres provisoires. « C’est dur, un second tour contre Fillon, on est challenger », estimait dimanche soir un soutien du maire de Bordeaux. « Il va falloir que Juppé remobilise. Ce qui mobilisait c’était le repoussoir Sarkozy », jugeait un autre.

Très largement distancé, Bruno Le Maire a immédiatement annoncé son soutien à François Fillon.

Nathalie Kosciusko-Morizet a au contraire apporté son soutien à Alain Juppé.

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
éléctionfrancePrimaire

Related Articles

John Dramani Mahama prend le témoin d’Alassane Ouattara à la tête de la CEDEAO

John Dramani Mahama, le président ghanéen a été élu à la tête de la Communauté économique des Etats de l’Afrique

Législatives au Congo: une campagnes à double vitesse dans les médias

Dès le lancement de la campagne électorale, pour les législatives du 15 juillet prochain, les différents candidats se sont rués

RDC: espoirs et doutes sur l’effet de la venue d’Hollande au sommet de la Francophonie

Coup de pouce à la démocratie et aux droits de l’homme, ou coup d’épée dans l’eau? Les Congolais sont divisés

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*