France: Théo, d’origine congolaise violé par la police

Il s’appelle Théo, il est d’origine congolaise. Âgé de 22 ans, il a été victime de violences policières qui ont conduit les médecins à délivré une incapacité totale de travail (ITT) de 60 jours.

Alors que la mort suspecte d’Adama Traoré, hante encore les esprits, la diaspora africaine est de nouveau secouée par le traitement que lui réserve certains agents de Police en France.

Que s’est-il passé ?

Jeudi 2 février, un contrôle dans la « cité des 3000 » à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) a vite basculé. Selon les images de l’interpellation, on peut voir un policier « porter un coup de matraque horizontal au niveau des fesses » de Théo affirme une source.  Gravement blessé au niveau de la zone rectale, le jeune homme toujours hospitalisé, a été opéré et obtenu une incapacité totale de travail (ITT) de 60 jours.

Dans une interview accordée à BFMTV, Théo, a raconté son calvaire. « Ils sont trois à me saisir, je leur demande, pourquoi vous faites ça, ils ne me répondent pas, ils me disent que des injures » raconte-t-il, avant de confier ce que lui a fait le policier accusé de viol : « Il me regarde, j’étais de dos, mais j’étais en trois quart, donc je voyais ce qu’il faisait derrière moi. Il prend sa matraque et il me l’a enfoncée dans les fesses, volontairement. »

Son calvaire est loin d’être terminé, et il explique en détail les actes qui ont suivi : « Dès qu’il m’a fait ça, je suis tombé sur le ventre, j’avais plus de force. (…) Je leur ai dit ‘J’arrive pas à m’asseoir, je sens plus mes fesses’, et ils m’ont mis des gaz lacrymogènes dans la tête, dans la bouche, un coup de matraque en pleine tête (…) ». Et de poursuivre : « C’est une chose que je ne souhaite à personne, physiquement je suis très diminué, j’arrive pas à bouger, là comme vous me voyez ça fait trois heures que je suis comme ça. (…) Je dors pas la nuit » finit-il par dire.

La justice

Après l’ouverture par le parquet de Bobigny d’une enquête pour viol en réunion et les quatre policiers ont été placés en garde à vue. Un policier a été mis en examen pour viol et ses trois collègues pour violences volontaires en réunion ce jeudi après une interpellation à Aulnay-sous-Bois pendant laquelle Théo a été gravement blessé à coups de matraque.

Aujourd’hui, la famille de Théo attend de la justice des réponses permettant de comprendre les raisons d’un tel acte. Une demande relayer sur les réseaux sociaux par le Hashtag #JusticePourTheo.

L’ancienne Miss France, Florence Coquerel et l’animatrice télé, Valerie Damidot ont également dénoncé l’agression.

Oeil d’Afrique


Tags assigned to this article:
agressiondiasporafrancepolice

Related Articles

Les étudiants congolais arrêtés en Inde ont tous été libérés

Les vingt et un étudiants congolais arrêtés en Inde le samedi dernier ont été libérés ce jeudi 20 juin, a

Nouveau gouvernement au Burkina Faso, le président Compaoré garde la Défense

Le président burkinabè Blaise Compaoré a formé mercredi un nouveau gouvernement après les législatives du 2 décembre et y garde

« L’actualité africaine en 5 titres » du 29 novembre 2016

Le Zimbabwe lance sa nouvelle monnaie Les premiers « billets d’obligation », la dénomination officielle de cette monnaie, ont été mis en

1 commentaire

Espace commentaire
  1. liberty22
    liberty22 5 juillet, 2017, 13:57

    J’ai honte pour la police et la gendarmerie, car nous sommes obligés de constater qu’ils pratiquent la torture dans une démocratie. Les bavures sont trop nombreuses et trop graves et le gouvernement en marche laisse faire. En France l’armée peu tout vous faire subir sans jamais être condamné, viol, torture… il y a des milliers d’exemples alors aujourd’hui nous demandons juste que les droits de l’homme soit respecté dans ce pays que nous aimons.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*