François Bozizé accuse le Tchad

François Bozizé accuse le Tchad

Alors que s’ouvre ce mercredi à Ndjaména au Tchad, un sommet extraordinaire des dirigeants de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale sur la crise en République Centrafricaine, le président déchu, François Bozizé sort de son mutisme et exige « le retour à la légalité constitutionnelle ».

Dans une interview exclusive accordée au correspondant de la BBC à Yaoundé au Cameroun, où il s’est exilé, il accuse le Tchad, son ancien allié d’avoir aidé les rebelles à le renverser.

François Bozizé se défend aussi d’avoir violé les accords de Libreville signé le 11 janvier dernier, et qui était censé mettre fin à la crise après que les rebelles ont repris les armes en fin d’année dernière.

L’accord prévoyait un cessez-le feu entre le pouvoir de François Bozizé et la rébellion ainsi que le maintien au pouvoir de ce dernier.

Outre les chefs d’Etat de l’Afrique centrale, le sommet verra la participation du président béninois Yayi Boni et celui d’Afrique du sud Jacob Zuma.

Le président sud-africain est vivement critiqué dans son pays après le décès de treize soldats sud-africains lors de l’offensive des rebelles de la Séléka sur la capitale centrafricaine.

Le nouvel homme fort de Bangui, Michel Djotodia ne sera pas présent à Ndjaména, mais on notera la participation du premier ministre centrafricain, Nicolas Tiangaye.

 

Bbc.co.uk

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.


Tags assigned to this article:
Centrafrique

Related Articles

Dossier d’enquête / Pétrole : LE CONTENTIEUX CONGOLO- ANGOLAIS SUR L’ATLANTIQUE

Une grande partie du pétrole produit par l’Angola appartient à la République Démocratique du Congo selon plusieurs éléments saillants. C’est

Dominique de Villepin: L’Afrique et l’Europe ont besoin l’une de l’autre

Qui se soucie aujourd’hui du sort de l’Afrique ? Depuis les attentats du 11 septembre 2001 pour les enjeux de

La Guinée-Bissau a un nouveau gouvernement, l’ex-junte annonce son retrait

BISSAU – Un gouvernement a été formé mardi en Guinée-Bissau pour une transition d’un an après le coup d’Etat du

1 commentaire

Espace commentaire
  1. Serge Tachini
    Serge Tachini 3 avril, 2013, 15:53

    le retour à la légalité constitutionnelle ; avait-il ecoute Patasse lorsqu’il avait dit la meme chose?
    Ies autorites camerounaise doivent lui demader de rester calme sinon il sera renvoyer a Bangui.
    L’afrique est malade de tous ces dictacteurs: Deby, Sassou , Biya et autres…Ils doivent laisser le pouvoir avant de laisser leur peau ou de mourrir en Exile.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*