Frontière ivoiro-malienne : Des militaires maliens ouvrent le feu sur un détachement de l’armée ivoirienne

Des soldats maliens accompagnés de militaires français patrouillent le 3 juin 2015 dans la région de Tombouctou|AFP

Des soldats maliens accompagnés de militaires français patrouillent le 3 juin 2015 dans la région de Tombouctou|AFP

Des militaires maliens ont ouvert mardi le feu sur un détachement des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (FRCI, armée) dépêchés à la frontière avec le Mali pour le rapatriement de trois des leurs retenus par l’armée malienne depuis dimanche, selon une source sécuritaire.

Lors de l’interpellation, un élément de l’armée ivoirienne a été blessé à la suite de tirs libérés par des militaires maliens, qui accusent leurs confrères d’avoir outrepassé la ligne tampon entre les deux pays.

L’incident est survenu à Ouelli, une localité située à environ 150 Km d’Odienné (nord-ouest ivoirien) et à 25 Km de la ville malienne de Fakola, où deux soldats et le policier ivoiriens ont été retenus par des militaires maliens.

Dimanche soir, deux soldats et un policier ivoiriens ont été appréhendés par des militaires maliens à Ouelli, une bourgade située à quelque 150 km d’Odienné.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
arméecote d'ivoirefrontièremali

Related Articles

Côte d’Ivoire: tensions et mouvements sociaux

Des mouvements sociaux ont eu lieu lundi dans plusieurs villes de Côte d’Ivoire, notamment à Abidjan où des ex-militaires ont

Côte d’Ivoire : Ouverture du 9ème salon de l’African télécom people à Abidjan

Les portes de la 9ème édition de l’African télécom people 2013 sont ouvertes depuis ce mardi 1 octobre à Abidjan.

Mali: prise d’otages en Algérie en représailles à l’intervention française

BAMAKO –  La crise malienne a pris une nouvelle dimension internationale, avec une prise d’otages massive sur un site gazier

1 commentaire

Espace commentaire
  1. matala
    matala 4 mai, 2016, 11:43

    ils ont intérêt à traquer les djihadistes,que de faire la guerre entre eux

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*