Gambie: l’Aprc a cinq députés, le parti de Jammeh plie sans rompre

Le président gambien President Yahya Jammeh

Yahya Jammeh

Après plus de deux décennies de lutte politique douloureuse, le Parti démocratique unifié (Udp) obtient la majorité des sièges lors des premières élections législatives post-Jammeh. Le parti du président Adama Barrow qui a présenté des candidats dans 44 circonscriptions a gagné 31 sièges contre cinq pour le parti de l’ex-président Yahya Jammeh.

Le Parti démocratique unifié (Udp), principal parti d’opposition à l’ex-président Yahya Jammeh, est sorti victorieux du scrutin législatif du 6 avril dernier. Il a remporté 31 sièges sur 53, selon la Commission électorale indépendante (Iec) qui a annoncé, vendredi 7 avril, les résultats. Même si le parti du président Adama Barrow a été malmené à Banjul, la capitale gambienne, son score lui donne néanmoins une confortable majorité à l’Assemblée nationale par rapport aux partis qui le suivent en nombre de sièges. Selon Alhaji Alieu Momar Njai, président de l’Iec, le Nrp a gagné 5 sièges; le Gdc a remporté 5 sièges; le Pdois a raflé 4 sièges; le Ppp a glané 2 sièges. Deux candidats indépendants vont aussi sièger au Parlement. La Constitution permet également au président Adama Barrow de nommer cinq députés, parmi eux le président de l’Assemblée nationale.

L’Udp doit sa victoire aux régions de la Côte Ouest, de la Rivière inférieure, de la Banque Nord et de la Rivière centrale, à Sandu, Kantora et Tumana. Avec cette majorité absolue, le gouvernement va pouvoir faire passer les réformes promises par le président Adama Barrow. Ce dernier administre, par le biais de ce srutin législatif, une nouvelle gifle à l’Alliance patriotique pour la réorientation et la construction (Aprc) de l’ancien président Yahya Jammeh. L’ex-homme fort du palais de Banjul, qui a dirigé la Gambie, n’a pu glaner que cinq sièges malgré sa trentaine de candidats inscrits. Des sièges qu’il doit à la région du Foni, fief de l’ancien président de la Gambie, exilé en Guinée Equatoriale après avoir  été délogé du palais présidentiel suite à sa défaite à l’élection présidentielle de décembre 2016. L’Aprc est donc très loin de son score des précédentes élections, souvent boycottées par l’opposition. Ces cinq mandataires de l’Aprc tenteront, sans nul doute, de jouer les trouble-fête à l’Assemblée nationale.

Et le président Adama Barrow devrait bien surveiller ses arrières dans la mesure où la coalition qui l’a porté au pouvoir, est allée en rangs dispersés aux législatives. Donc, sans compromis entre alliés, la division reste de profiter à l’Aprc, qui a plié sans rompre. Le taux de participation annoncé par la Commission électorale indépendante qui est de 42 %, en chute par rapport à l’élection présidentielle, peut aussi enrober de potentiels électeurs pro-Aprc. Car, il faut rappeler qu’il y avait 886 mille électeurs inscrits, selon la Commission électorale indépendante pour départager 239 candidats enregistrés représentant 9 partis politiques et candidats indépendants pour 53 sièges à l’Assemblée nationale.

© OEILDAFRIQUE


Tags assigned to this article:
AprcgambiepolitiqueYahya Jammeh

Related Articles

Burkina Faso: Compaoré bénéficie du soutien de la Diaspora

  Les derniers développements de l’actualité au Burkina Faso ne laissent pas indifférents certains burkinabé de la diaspora notamment ceux

Côte d’Ivoire : Ouattara accorde la grâce présidentielle à 3100 détenus de la crise postélectorale

Le président ivoirien Alassane Ouattara a annoncé avoir accordé des grâces à 3.100 détenus de la crise postélectorale, dans son

6 journalistes ivoiriens en liberté, mais inculpés

Les six journalistes ivoiriens, interpellés et incarcérés depuis dimanche à Abidjan, ont été inculpés mardi de « divulgations de fausses nouvelles »

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*