Guinée Bissau: Domingos Pereira déplore le taux de 59% d’analphabétisme

Guinée Bissau: Domingos Pereira déplore le taux de 59% d’analphabétisme

 

Image d'archive: Le Premier ministre de la Guinée-Bissau, Domingos Simoes Pereira. Photo ONU/Cia Pak

Image d’archive: Le Premier ministre de la Guinée-Bissau, Domingos Simoes Pereira. Photo ONU/Cia Pak

Domingos Simoes Pereira a déploré le taux d’analphabétisme de 59% en Guinée Bissau. Un taux incompatible avec la lutte contre la pauvreté, selon le Premier ministre.

Dans le cadre de l’ouverture officielle de la nouvelle année scolaire, le Premier ministre bissau guinéen a déclaré qu’il est impensable d’éradiquer la pauvreté avec ce taux élevé d’analphabétisme. Domingos Pereira entend faire de l’éducation une priorité de sa politique de gouvernement, malgré l’urgence de la réforme des secteurs de la défense et de la sécurité

Le Chef du gouvernement bissau guinéen entend innover pour maintenir les enfants à l’école Ainsi, il annonce l’implantation des cantines scolaires dans toutes les écoles afin de minimiser les carences en terme de nourriture, mais aussi de réduire radicalement l’analphabétisme dans le pays.

Pour l’heure, il convient de dire que le ministère de l’Education nationale a déjà commencé des cours d’alphabétisation et l’éducation non formelle dans les régions de Gabu (est), Biombo (nord) et Tombali (sud) pour une durée de 130 heures.

Souvent sanctionné ces dernières années pour des coups d’Etat par la communauté internationale, la Guinée Bissau a manqué cruellement de moyens pour faire développer le secteur de l’éducation, très touché par les sanctions économiques décidées à la suite du coup d’état de 2012 et par de très longues grèves des enseignants qui ont perturbé l’année 2013/2014, laquelle a été prolongée jusqu’en août.

Une Commission regroupant gouvernement, syndicats, associations des parents et étudiants a récemment expliqué que 75% des jours d’école ont été obtenus à la suite de cette prolongation.

Toutefois, les syndicats des enseignants menacent encore parce qu’ils estiment que les conditions minimales pour démarrer l’année scolaire ne sont pas réunies

Les enseignants n’ont pas cessé de dénoncer le  manque d’infrastructures et le non-paiement des arriérés de salaire à certains groupes d’enseignants. Le Premier ministre a tout de même lancé la rentrée et demande aux enseignants d’obtempérer.

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
guinée-bissau

Related Articles

Le sommet USA-Afrique s’ouvre sur un appel au respect de l’alternance politique

Lutte contre la corruption, protection de la liberté de la presse mais surtout respect de l’alternance politique au sommet de

Côte d’ivoire : Les autorités rasent les quartiers précaires à Abidjan

La réhabilitation de la capitale économique de la Côte d’Ivoire, Abidjan, est désormais une réalité. Les multiples grand travaux lancés par

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*