Guinée: la justice refuse à Toumba Diakité la liberté provisoire

Le militaire guinéen Aboubacar Diakite, l’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara, au tribunal de Dakar le 10 janvier 2017.© SEYLLOU / AFP

La justice guinéenne a refusé à Aboubacar Sidiki Diakité la liberté provisoire. Selon l’avocat de l’inculpé pour le massacre de septembre 2009, la décision des juges est une «grande entrave» à la procédure judiciaire.

Aboubacar Sidiki Diakité, dit «Toumba» devra attendre pour obtenir une liberté provisoire. Sa demande de mise en liberté provisoire introduite, lundi 4 avril, par ses avocats a été rejetée par la justice guinéenne. Les juges avaient sept jours, selon le délai légal, pour rendre leur décision. «Ils ont rejeté la demande de mise en liberté provisoire», a affirmé aux journalistes Me Paul Youmba Kourouma, avocat de l’inculpé.

Les juges estiment que Aboubacar Sidiki Diakité encourt une peine criminelle et que sa mise en liberté ne lui permettrait pas d’être à la disposition de la justice. Ils ajoutent qu’à ce stade actuel, une mise en liberté provisoire compromettrait la bonne administration de la justice. Me Paul Youmba Kourouma considère ce refus de mise en liberté provisoire de son client comme une grave entrave à la justice. Il dénonce une justice à géométrie variable.

Sur une quinzaine d’inculpés dans le dossier du massacre du 28 septembre, Toumba Diakité, ancien chef de la garde présidentielle est le seul à être en prison. Son ex-patron, Moussa Dadis Camaran à la tête de la junte militaire à l’époque vit à Ouagadougou. D’autres anciens dignitaires du régime en place en 2009 sont toujours aux affaires. C’est le cas entre autres de l’actuel gouverneur de la ville de Conakry et du secrétaire d’Etat en charge de la Lutte contre le trafic de drogue et le crime organisé.

Seul motif de soulagement pour Toumba Diakité, les juges autorisent désormais la visite de ses parents.

©OEILDAFRIQUE


Tags assigned to this article:
guinéeToumba Diakité

Related Articles

Mali: L’opposition bientôt institutionnalisée par une loi

Selon un communiqué du gouvernement, le pays a décidé d’initier une législation pour  institutionnaliser l’opposition dans le pays. Le projet

Sénégal: les Etats-Unis versent un million de dollars pour le procès d’Hissène Habré

Les Etats-Unis ont annoncé, ce mardi 1er octobre, le versement d’un million de dollars au tribunal chargé de l’affaire Hissène

Togo: les organisations de presse font front contre la repénalisation du délit de presse

Un nouveau code pénal a été adopté lundi par l’Assemblée nationale togolaise. Pour les autorités, cet arsenal juridique devra moderniser

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*