Interview – Louis Aliot : » bâtir un monde multipolaire par le rassemblement de tous les patriotes »

Louis Aliot, député européen et vice-président du Front national

Louis Aliot, député européen et vice-président du Front national

Dans la perspective des prochaines élections présidentielle Française, Oeil d’Afrique est allé à la rencontre d’un des soutiens de la candidate du Front National, le député Européen Louis Aliot. Décryptage 

Oeil d’Afrique  : Dans une quarantaine de jours la France va élire le prochain locataire de l’Elysée. Dans quel état d’esprit le Front National aborde cette échéance démocratique ? 

LOUIS ALIOT : Avec une grande sérénité et un espoir de victoire. Nous sommes mobilisés et déterminés. 

Votre candidate Marine Le Pen se présente pour seconde fois à l’élection présidentielle. Pouvez-vous brièvement nous situer sur les grandes lignes de son projet ?  

L’intérêt de la France et de son peuple d’abord dans un monde multipolaire respectueux des identités, des peuples et des libertés. Il faut changer le logiciel ultralibéral et antisocial européen pour défendre les plus modestes. Et à l’extérieur défendre la voix propre de la France, sans tutelle américaine avec un grand bouleversement des relations avec l’Afrique. 

Qu’est ce qu’elle propose comme innovation ? Car tous les autres candidats proposent comme elle aussi un projet de rupture. 

Mais ils ont tous été au pouvoir. Ou est leur rupture ? Ils mentent une fois de plus…Une fois de trop ! Il faut changer totalement de politique. Nous sommes les seuls à pouvoir le faire. Une preuve ? Ils sont tous contre nous et sont prêts à s’allier les uns avec les autres pour sauver leurs places et leurs privilèges. 

La Candidate du Front Nationale propose le retrait de la France de l’Union le retour du Franc. Est-ce une démarche réaliste quand nous vivons dans un monde de grands ensembles vous êtes vous même député Européen ?  

Et alors ? Où est le problème. Cette Europe est un échec et une impasse ! Je suis député européen pour l’expliquer à mes compatriotes et les inciter à changer le logiciel ! Si on ne change pas, la France et l’Europe connaîtront d’énormes difficultés. 

La campagne est secouée par des interpellations judiciaires des candidats (Fillon Mme Le Pen). Comment apprécier vous l’ambiance inédite de cette campagne ?  

Il n’y a pas de campagne d’idées pour l’instant. C’est le calendrier des juges et de leurs supplétifs médiatiques qui s’est imposé. Nous en sortons petit à petit. Le débat va enfin commencer. 

Madame Le Pen affirme mordicus qu’elle ne répondra pas à une convocation quelconque dans le cadre d’une enquête. N’est-ce pas là une manière de narguer les institutions elle qui brigue la magistrature suprême ?  

Les juges n’avaient pas à convoquer une parlementaire comme le suggère la jurisprudence de la Cour européenne. L’immunité n’est pas un privilège mais une protection contre l’arbitraire du pouvoir exécutif et judiciaire. Elle avait demandé une ouverture de l’enquête il y a un an. Sans effet. Et les juges attendent la présidentielle pour enfin ouvrir une enquête et que nous puissions avoir accès au dossier ? On se fout du monde ! La gestion de ce calendrier judiciaire est politique au pire sens du terme. 

Quel type de politique et de partenariat le Front National compte développer avec le continent Africain ?  

Ce serait trop long à expliquer. Mais la fin de la France-Afrique est une nécessité. Un partenariat privilégié une obligation réciproque. Faire confiance à l’élite africaine pour son développement un devoir. Sortir de la logique d’un soutien à des quasi-mafias, aider au développement du pluralisme et du respect des droits humains. Éducation, santé et paix sont les conditions de cette réussite. Je crois au développement de l’Afrique. 

Votre avis sur le Franc CFA qui est encore garantie par le trésor public Français ?  

Changer la aussi le modèle pour que les africains gèrent directement leurs propres affaires y compris monétaires. 

Vous avez été en première ligne pour condamner les dérives démocratiques au Congo et au Gabon. Mais depuis silence Radio au sein de plusieurs instances internationales. Qu’est ce qui laisse selon vous les usurpateurs des pouvoirs Africains notamment au Congo et au Gabon de se maintenir au pouvoir au prix du sang et au mépris des règles et des valeurs démocratiques universelles ?  

La corruption et les systèmes de connivence jouent un rôle d’étouffement abominable. C’est la seule explication à l’immobilisme international et aux interventions à géométrie variable quelquefois extravagantes. Les peuples en sont les premières victimes. Il faut démonter les systèmes de la Françafrique qui subsistent encore. Sinon, rien ne pourra se faire. 

Le président Kabila en fin de mandat n’a pas pu organiser une élection présidentielle. Le pays a failli basculer et ne tient plus que sur un fil d’Ariane. Comment analyser vous le blocage politique actuel depuis la signature l’accord de la Saint-Sylvestre sous les égides de l’église ? 

La peur du sang et des violences ? Peut-être aussi les négociations inavouables sur certaines richesses… ? Mais une solution sera trouvée car la communauté internationale engagerait sa responsabilité si bain de sang il y avait. 

Votre mot de la fin ?  

J’appelle les Africains à bâtir un monde multipolaire par le rassemblement de tous les patriotes pour un monde équilibré, juste et un développement harmonieux. Et les puissants à arrêter de provoquer en Afrique des bouleversements et des guerres qui par un effet boomerang se retournent contre nous et l’Europe notamment par l’immigration massive et incontrôlée. Le temps du développement de l’Afrique est venu. Nous serons à ses côtés dans un rapport d’égalité, de respect et d’entraide entre nos deux continents. 

 
Propos recueillis  
Par Rodrigue Fénelon Massala et Roger Musandji Nzanza 

 

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
franceFront NationalMarine Le pen

Related Articles

Rédouane Behache: « Mes vidéos sont des témoignages d’amour pour le lingala »

L’acteur Français d’origine algérienne, Rédouane Behache fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux avec ces vidéos humoristiques sur les difficultés

Musa, jeune Soudanais, déterminé à franchir la frontière française à pied

« La police finira peut-être par me laisser passer à pied », dit Musa, jeune Soudanais de 21 ans, en espadrilles, assis

Burkina: « Tôt ou tard, Blaise Compaoré devra rendre des comptes » (Roch Kaboré)

L’ex-président burkinabè, Blaise Compaoré, actuellement en exil en Côte d’Ivoire, va « tôt ou tard rendre des comptes» de ses actes, a

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*