Interview: Un moment partagé avec Gaspard-Hubert Lonsi Koko

Interview: Un moment partagé avec Gaspard-Hubert Lonsi Koko

La diaspora congolaise a en son sein des voix qui ne laissent personne indifférente. Du dialogue inter-congolais proposé par le président Joseph Kabila, fortement contesté par l’opposition et d’autres membres de cette même diaspora, l’auteur, politicien, Gaspard-Hubert Lonsi Koko a été une des premières personnes à y répondre par la positive.  Une interview avec celui qui secoue le cocotier était plus que nécessaire.

 

Œil d’Afrique : Vous êtes l’un des acteurs la diaspora congolaise qui ne laisse personne indifférent. Cela vous vaut à la fois de l’admiration et de l’animosité. Comment expliquez-vous cela ?

 

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Vous avez raison de dire que la diaspora congolaise contient quelques précieuses pépites qui, en brillant de temps à autre au firmament, font la fierté de la République Démocratique du Congo. J’en connais quelques-unes, même si la majorité d’entre elles préfère, pour des raisons que je comprends, s’épanouir le plus souvent dans l’ombre. Ainsi évite-t-elle de s’exposer quotidiennement à la lumière au risque de faire l’objet, avec l’avènement de l’Internet, des critiques trop souvent non fondées. Je n’ai aucune explication à donner, s’agissant des réactions que suscitent ma personne et mes prises de position. En tout cas, l’eau va toujours à la rivière.

 

Œil d’Afrique : Tout justement, toute la semaine qui vient de s’écouler, vous étiez au cœur de l’information tant en République Démocratique du Congo qu’à l’étranger. Vu de la diaspora, vous avez inondé l’actualité congolaise. On dirait que cela n’a pas plu à tout le monde ?

 

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : Je suis un militant. Cela signifie que j’ai des principes et des convictions. De ce fait, je dois prendre des positions indépendamment du « qu’en dira-t-on ». Tout acteur public s’attend à des critiques, bonnes ou mauvaises, dès lors qu’il s’exprime. Vous avez remarqué que, concernant mes récentes déclarations, les réactions négatives, qui n’avaient d’ailleurs rien à voir avec la critique proprement dite, ont été émises par une très infime minorité basée en Europe. Il s’agit purement et simplement de la diffamation et des insultes gratuites sur la base des informations erronées et non vérifiées par les personnes qui les ont publiées ou commentées. Dois-je me rabaisser au niveau de ceux qui ignorent que la déontologie journalistique concerne aussi Internet ? Il me semble que le silence est la meilleure réponse à une telle attitude, que le discernement ne se mesure pas à l’aune de la calomnie. Je ne peux pas interdire les gens de me détester pour des raisons qui leur sont personnelles, ou d’apprécier les valeurs humanistes que je défends. François Mitterrand avait été l’homme politique le plus haï de France, cela l’avait-il empêché d’atteindre son objectif ? Un vieux proverbe bantou rappelle que l’arbre fruitier est toujours la cible des maraudeurs. D’aucuns savent que les aboiements du chien n’ont jamais arrêté la course de la caravane. Après tout, on ne peut rien contre la volonté d’un individu.

 

Œil d’Afrique : Les attaques à votre encontre ont surtout concerné vos prises de position favorable aux concertations nationales voulues par le président Joseph Kabila. S’agira-t-il d’un dialogue national ou des simples pourparlers ?

 

Gaspard-Hubert Lonsi Koko : J’ai été diffamé à tort par des gens qui, en étant dans l’opposition, veulent imposer la pensée unique à tous les Congolais. Que se passera-t-il s’ils arrivent au pouvoir ? Personnellement, je n’ai jamais reproché quoi que ce soit aux activistes politiques déguisés en journalistes. J’ai du respect pour les gens qui ont le courage d’assumer publiquement leurs convictions politiques, même quand je ne les partage pas. Il me semble que la diversité est une source d’enrichissement.

Pour répondre à votre question, comme un bon nombre de mes compatriotes, je pense que la crise politique qui fragilise les institutions étatiques et expose la République Démocratique du Congo à la balkanisation mérite une rencontre inclusive en vue de consolider l’unité et la cohésion nationale. Toute concertation se fait sur la base du dialogue. Le cadre proposé par le président Kabila doit permettre de trouver les voies et moyens en vue de la stabilisation de notre pays qui doit mieux faire face aux enjeux en cours dans la région des Grands lacs. Si ce cadre paraît imparfait aux yeux de quelques acteurs, ils doivent le dire de manière constructive. Ainsi reviendra-t-il à l’autorité compétente de tenir compte des observations susceptibles de crédibiliser un processus constitutionnel appuyé par des accords supranationaux. En tout cas, c’est dans cet état d’esprit qu’agit la Diaspora congolaise favorable au dialogue (DCFD), dont je suis le délégué et le porte-parole. Le cahier des charges que nous avons introduit auprès du président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a trait à des propositions d’avant-garde en vue du bonheur du peuple congolais, de la sécurisation et de la pacification du territoire national. Je ne peux que remercier sincèrement tous ceux qui nous insultent, nous calomnient, parce que nous œuvrons de manière constructive pour un Congo meilleur et davantage performant. Une nouvelle page de l’Histoire de notre pays est en train de s’écrire grâce à ceux qui ont pris de la hauteur, en s’extrayant de l’ignominie et de la bassesse humaine.

 

Propos recueillis par Roger Musandji

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
DébatdialoguediasporaRDC

Related Articles

La diaspora congolaise témoigne son affection et soutien à Addy Londole

Il y a bientôt 1 mois que Mr Londole est décédé à l’agé de 80 ans. Les amis du journaliste

Indigné par le gourvenemet Kabila

Suis-je entrain d’ halluciner ? Dites-moi ou je rêve? Ou c’est bien la réalité de chez nous? TSHISEKEDI était bien

Quels sont les critères du choix des délégués de la diaspora en vue des concertations nationales en RD Congo ?

Beaucoup de gens ne cessent de s’interroger sur les préparatifs des concertations nationales initiées par Joseph Kabila, le Président de

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*