Congo: Jean Claude Ngakosso prend une douche froide a Addis Abéba au siège de l’Union Africaine

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Jean Claude Gakosso|DR

Le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Jean Claude Gakosso|DR

Une semaine après la tenue du scrutin présidentielle controversée du Congo Brazzaville, le ministre Congolais des affaires étrangères Jean-Claude Gakosso a été dépêché à Addis Abéba pour rencontrer  la présidente de la commission de l’Union Africaine, la Sud Africaine Nkossassana D.Zuma. Une rencontre qui s’est déroulée dans une atmosphère glaciale car le chef de la diplomatie Congolaise selon nos sources s’est fait remonter les bretelles. Décryptage.

La situation poste électorale dans laquelle se trouve le Congo,fait l’objet d’une attention particulière et traitée avec doigtée par les principales institutions internationales et interafricaine .C’est sans nul doute dans cette optique que le Président Sassou qui est contesté par son opposition a dépêché son ministre des affaires étrangères d’entamer une tournée diplomatique .

Addis Abéba centre de décision de la politique Africaine; car c’est à travers la position adoptée par l’Union Africaine que l’ensemble des autres institutions internationales s’alignent (UE,ONU). La première étape de cette tournée diplomatique du ministre Congolais des affaires étrangères a été un véritable camouflet. Nous avons eu échos de la rencontre entre la présidente de l’institution Panafricaine Mme Zuma et Jean-Claude Gakosso le ministre Congolais des Affaires étrangères.   

Selon nos sources bien introduites auprès de la commission de l’Union Africaine et dans la sphère diplomatique d’Addis Abéba, la rencontre entre Mme Zuma et le ministre des Affaires Etrangères du Congo s’est déroulée dans un climat très glacial .

 En effet après un bref échange entre le ministre Jean Claude Gakosso et  le commissaire paix et sécurité de l’Union Africaine; Jean Claude Gakosso a  eu une rencontre avec le staff de la présidente de l’institution  Panafricaine dans les bureaux de Mme Zuma.

D’entrée de jeu, le ministre Congolais a d’emblée indiqué à son hôte qu’il était à Addis pour transmettre un message du President Denis Sassou Nguesso et profiter par la même occasion briefer la Présidente de la commission  sur le déroulement des élections présidentielles du 20 mars dernier. Contre toute attente, la Présidente de la commission de l’Union Africaine Mme Zuma a aussitôt arrêté son interlocuteur par une exclamation interrogative? Pourquoi un haut fonctionnaire de votre rang peut se déplacer juste pour venir rendre compte d’une élection dont nous n’avons aucune idée des conditions dans lesquelles le dit scrutin s’est déroulé? La présidente de la commission qui plus est a fait remarquer à l’émissaire du président Sassou que les équipes de la commission envoyées pour observer les élections au Congo  n’ont  pas été  en mesure de travailler dans les conditions idoines conformément  au respects des standards  de l’observation électorale internationale. Par conséquent  elle rejetait tout ce qu’il avait à dire a ce sujet  parce qu’elle a ce jour elle  n’a pas pu avoir un rapport de ses équipes qui n’ont pas pu communiquer entre elles d’une part et avec la base (le siège de l’Union Africaine) d’autre part. 

La présidente de la commission de l’UA s’est indignée du fait que certains membres de la mission d’observation de l’UA  se sont retrouvés à l’intérieur du pays sans un seul minimum de sécurité et coupés du reste du monde. Ce qui a fortiori constitue pour la commission de l’UA un véritable recul de la démocratie et des valeurs partagées contenues dans la charte Africaine sur la démocratie et les élections adoptée à l’époque où le Congo présidait l’Union Africaine en 2007. Madame Zuma a signifié au ministre Gakosso que s’était une première en Afrique qu’un Etat interrompait les communications pendant une élection et que cet état de fait était totalement inacceptable dans le cadre du respect des droits fondamentaux dont l’UA à pour mission de faire la promotion auprès des Etats membres .

Dans son réquisitoire, Mme Zouma selon notre source assomme le ministre Gakosso sur la validité et la crédibilité des résultats présentés par le gouvernement Congolais, le visiteur de Mme Zuma (le ministre des affaires étrangères du Congo) visiblement très embarrassé ne sachant plus quoi dire, aurait reconnu devant la présidente de la commission  que le Président candidat  Sassou avait  perdu à Pointe-Noire et est sorti deuxième à Brazzaville après parfait Kolela et devant Mokoko. Mais que c’est grâce à sa victoire dans toute la partie nord du pays qu’il a été élu au 1ère tour.

Pendant cet échange nous indique notre source, la Présidente Mme Zuma, dans un état d’indignation, a stoppé net son visiteur  et assené que tout cela n’avait aucune importance et qu’il devrait mettre un terme à leur rencontre.

La délégation du Ministre et l’ambassadeur du Congo auprès de l’Union Africaine qui assistaient à la rencontre n’ont eu que le temps de boire un verre et laisser le ministre se retirer à son hôtel sans dire un mot.

La douche froide de cette rencontre a eu lieu au moment où le ministre Gakosso a voulu solliciter  un tête à tête avec la Présidente de la commission. Cette dernière a opposé une fin de non recevoir en lui répondant diplomatiquement : « la réunion est terminée, nous n’avons plus rien n’a nous dire« . C’est dans cette atmosphère glaciale que le ministre des affaires étrangères du Congo a quitté le siège de l’Union Africaine sans dire mot jusqu’à ce qu’il monte dans sa chambre d’hôtel.

 Jean-Claude Gakosso très assommé a juste relever au passage à un de ses collaborateurs qu’il n’a jamais connu auparavant une situation aussi complexe comme celle dans laquelle le pays vient de se mettre au lendemain des élections du 20 mars.

Apres l’Union Africaine, l’émissaire du Président Sassou, selon les informations en notre possession devrait poursuivre un périple à New-York, Paris et Bruxelles; mais vu le climat glacial de la rencontre d’Addis, Jean-Claude Gakosso devrait mettre le cape sur Bangui ou il doit croiser le Président Idris Debby, Président en exercice de l’Union Africaine en marge de la cérémonie d’investiture de Faustin Touadera. 

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
congoSassou N’GuessoUnion africainezuma

Related Articles

Congo: L’Eglise appelée désormais à payer l’impôt

Le directeur général des impôts et des domaines, Antoine Ngakosso, a appelé le 2 février à Brazzaville, les églises à

Congo : mise en œuvre de la clause de cessation du statut des réfugiés rwandais au Congo

Le président rwandais, Paul Kagamé, et son homologue congolais, Denis Sassou N’Guesso, ont indiqué prendre toutes les dispositions afin de

France-Côte d’Ivoire : ce que Hollande et Ouattara se sont dit

En visite d’amitié et de travail en France, le président ivoirien, Alassane Ouattara, s’est entretenu avec son homologue français, François

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*