Jean Ping : « Je n’ai jamais été pour le transfèrement de Gbagbo à La Haye »

Jean Ping

Jean Ping, à Libreville. (AFP)

Le Gabonais Jean Ping, ancien président de la Commission de l’Union africaine (UA) et candidat malheureux à la récente élection présidentielle d’août 2016, a déclaré samedi qu’il n’a « jamais été pour le transfèrement de Gbagbo à La Haye », lors d’une rencontre avec la communauté gabonaise à Washington.

Devant une cinquantaine de personnes, Jean Ping a évoqué dans son discours des pans de la crise postélectorale ivoirienne, qui a fait selon des données officielles plus de 3.000 morts de décembre 2010 à avril 2011.

Il a indiqué que l’actuel chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara, rival de M. Gbagbo lors de la présidentielle de 2010, avait « accepté de discuter » avec l’ex-président.

« J’ai dansé dans ma chambre quand j’ai été informé de sa décision. C’est au moment où on s’apprêtait à rendre cela effectif que Sarkozy est venu bombarder Gbagbo. Je ne fais que dire ce que les chefs d’État voulaient que je dise », a-t-il ajouté.

Ouattara et Gbagbo se disputaient la victoire à l’issue de la présidentielle de novembre 2010. L’actuel chef de l’État a été élu devant l’ex-président selon les résultats certifiés par le représentant de l’ONU en Côte d’Ivoire, Young-Jin Choi.  

L’ex-président de la Commission de l’UA a confié ses ressentiments à l’auditoire sur ce qui s’est passé dans son pays lors de la présidentielle. « Dans la crise gabonaise, j’ai été trahi par la France », a-t-il poursuivi.

M. Jean Ping qui révèle ces dessous de la politique, a perdu les élections présidentielles gabonaises d’août 2016 face à Ali Bongo qu’il a accusé d’avoir « volé » sa victoire.  

© OEIL D’AFRIQUE


Tags assigned to this article:
CPIjean pinglaurent gbagbo

Related Articles

Gabon: le gouvernement accuse l’opposition d’appeler à l’insurrection

  A travers le grand meeting de l’opposition à Libreville, le porte-parole de la présidence de la République gabonaise, Alain

Célébration du centenaire de l’arrivée au Gabon du Dr Albert Schweitzer

Le centenaire de l’arrivée au Gabon, le 13 avril 1913, du Dr Albert Schweitzer, pasteur, musicien et médecin alsacien, a

Les deux Ivoiriens accusés de piratage informatique lors de la présidentielle Gabonaise libérés

Les deux Ivoiriens accusés de piratage informatique lors de la présidentielle Gabonaise ont été libéré ce samedi. Accusé de piratage

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*