Joseph Kabila annule les réjouissances de l’indépendance à cause de la guerre à l’Est

Joseph Kabila annule les réjouissances de l’indépendance à cause de la guerre à l’Est
Joseph Kabila annule les réjouissances de l’indépendance

Joseph Kabila, président de la RDC, en 2010

Dans son message à la nation à l’occasion du 52e anniversaire de l’indépendance en RDC, le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila Kabange, a affirmé qu’il n’y aura pas de réjouissance populaire ce 30 juin 2012 à cause de la guerre à l’Est du pays. Le chef de l’Etat a réaffirmé son intention de « défendre le pays jusqu’au bout, de manière à obtenir la paix dans la province du Nord Kivu », actuellement en proie aux affres de la guerre, et de continuer l’œuvre de la modernisation de la RDC.
« Il reste beaucoup à faire en RDC », selon les députés

Cinquante deux ans après l’indépendance de la RDC, certaines députés nationaux interrogés vendredi 29 juin au palais du peuple ont estimé que la RDC avait fait d’énormes progrès, notamment dans le domaine de l’éducation. Tous se disent néanmoins convaincus qu’il reste beaucoup à faire dans le pays.

John Tibasima, député de la majorité présidentielle, plate-forme de soutien au chef de l’Etat Joseph Kabila, affirme que l’administration publique, notamment, connaît actuellement un déficit.

« Il faut nous relever et réfléchir en ce qui concerne l’administration du territoire par exemple. Il faut encourager le chef de l’Etat qui parle notamment de la mise en place des 26 provinces pour pouvoir administrer plus efficacement le territoire national », a-t-il affirmé.

Pour l’élu de Bunia, en Ituri, l’agriculture, la pèche et l’élevage, sont les secteurs clés pour apporter le changement en RDC.

« Nous avons, malheureusement, remis en cause beaucoup d’acquit avec les multiples guerres qui ont jalonné l’histoire de notre pays. Nous devons améliorer les domaines de l’agriculture, la pêche et l’élevage », a-t-il expliqué.

Quant au député Justin Bitakwira, membre de l’opposition, il pense que tout est à refaire dans ce pays où le Congolais même ignore son potentiel.

« Nous avons raté l’histoire. Je me pose toujours la question, est-ce que le peuple congolais sait ce que Dieu lui a donné comme potentialité, comme richesse, comme dimension même pour son pays. Nous sommes devenus un petit peuple », a-t-il affirmé.

Pour lui, les Congolais n’ont pas compris le message de Patrice Emery Lumumba, premier 1er ministre du Congo après l’indépendance, qui les appelait à « écrire leur propre histoire ».

A l’occasion du 52e anniversaire de l’indépendance de la RDC, le député Justin Bitakwira invite les Congolais à se poser les « bonnes questions » :

« Est-ce que ce Congo nous appartient encore ? Est-ce que les richesses du Congo, on se les partage équitablement ? Est-ce que les enfants congolais étudient à la charge de l’Etat congolais ? Est-ce que les fonctionnaires congolais jouissent ne fut-ce que d’un minimum de rémunération de leur travail », a-t-il questionné.

Pour lui, « l’avenir du Congo sera radieux à condition de renouveler le leadership ».

De son côté, le commissaire général de la police nationale, le général Charles Bisengimana, a assuré que la sécurité des personnes et de leurs biens reste garantie en cette journée particulière.

 

Radiookapi

Bona

Bona

L'actualité africaine n'a pas de secret pour moi. Toujours à l'afflux, je ne loupe rien.



Related Articles

Un tutis burundais parle au peuple des grands lacs

J’avais reçu comme souvent un appel qui m’avait beaucoup surpris. Le monsieur s’était présenté comme un activiste burundais et qu’il

Bonjour Afrique

Voici la rubrique « Bonjour, Afrique » avec Xinhua: 17/05/2012 Pirates somaliens : les premiers procès démarrent à Maurice en septembre PORT-LOUIS —

Bana Football Institut

Extrait Vidéo de la Conférence de Presse Bana Football Institut [vodpod id=Video.4644493&w=425&h=350&fv=%26rel%3D0%26border%3D0%26] Facebook | Bana Football Institut, posted with vodpod

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*