Joseph Kabila ne participera pas à la Cop 21

Le chef de l’Etat congolais, Joseph Kabila

Le Président de la RDC, Joseph Kabila

À quelques jours de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques à Paris (COP 21), on assiste à un balaie des corps diplomatiques dans la capitale française. Côté Africain, la présence de plusieurs présidents comme Alassane Ouattara ou Denis Sassou Nguesso est confirmée. Mais, pour la RDC, le président Joseph Kabila a choisi de se faire représenter par son ministre des affaires étrangères. 

Le président congolais n’est pas un amoureux des grandes messes politiques. Son absence annoncée pour la COP 21 qui se déroulera du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris vient confirmer le peu d’entrain qu’a Joseph Kabila à participer à ce type d’évènement.

On aurait pu croire qu’avec l’importance du massif forestier RD Congolais, reconnu comme deuxième plus grande forêt tropicale après l’Amazonie, que Joseph Kabila aurait fait de sa présence à Paris une priorité. Mais c’était sans compter sur la crise politique qui mine la RDC et aussi le sommet Chine-Afrique qui aura lieu du 4 au 5 décembre à Johannesbourg en Afrique du Sud.

« Nous sommes actuellement à la tête de la CEMAC et la présence du Président Joseph Kabila est indispensable au sommet Chine-Afrique dont les enjeux économiques sont très importantes. Néanmoins, la Cop 21 et les enjeux climatiques restent également très importants. » explique Jean-Marie Kassamba, conseiller en communication du chef de l’Etat congolais.

La RDC a fait le choix d’être présent en Afrique Sud avec Joseph Kabila en personne et en France, « une délégation de plus de 50 personnes conduite par le ministre des affaires étrangères, Raymond Tshibanda veillera aux intérêts congolais durant la Cop 21. » précise monsieur Kassamba.

Pour rappel, le 18 août dernier. Joseph Kabila s’était engagé à contribuer à la lutte contre les effets du changement climatique en contrepartie d’une compensation de plus de 21 milliards de dollars auprès des pays pollueurs. Les 21 milliards de dollars réclamés serviront, entre autres, à « renforcer le stock carbone, en réduisant la déforestation et la dégradation des forêts », selon le gouvernement congolais.

Du coté du comité organisateur, l’objectif de la Cop 21 est « d’aboutir, pour la première fois, à un accord universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre le dérèglement climatique et d’accélérer la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone ».

Roger Musandji
© OEIL D’AFRIQUE

Roger Musandji

Roger Musandji

Fondateur de RM COMMUNICATION, société éditrice d'Oeil d'Afrique.


Tags assigned to this article:
ChineclimatCop 21francejoseph kabilasommet

Related Articles

La réélection d’Alassane Ouattara validée en Côte d’Ivoire

Le Conseil constitutionnel de Côte d’Ivoire a validé lundi la réélection pour cinq ans du président Alassane Ouattara, confirmant les

Signature de l’accord pour la paix et la réconciliation : Jour de vérité à Bamako ?

Les Maliens se sont mobilisés ce 15 Mai 2015, jour mémorable qui devrait marquer un tournant majeur dans l’agenda politique

Le Rwanda au Conseil de sécurité en dépit d’un rapport accablant de l’ONU

Le Rwanda a été élu jeudi membre non permanent du Conseil de sécurité, malgré un rapport accablant de l’ONU, en

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*