La RDC ambitionne devenir un pays émergent d’ici 2030

La RDC ambitionne devenir un pays émergent d’ici 2030

La République démocratique du Congo (RDC) souhaite être compté parmi parmi les économies émergentes à l’horizon 2030. Le gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), Deogratias Mutombo, a affirmé, jeudi 8 août que son institution, en collaboration avec la firme Wordson Audit and Consulting, comptent accompagner le gouvernement pour matérialiser ce projet.

Mais pour y parvenir, le gouverneur de la BCC a indiqué que la RDC ne devra plus compter seulement sur les partenaires dont l’aide publique au développement et les financements sont de plus en plus faibles.

« Face à la réduction de l’aide publique au développement et à la faiblesse des financements bilatéraux et multilatéraux au regard des besoins, il est indispensable de réfléchir sur l’élargissement de notre système financier en incluant le volet marché boursier, en vue d’optimiser le financement de l’économie nationale », a déclaré Deogratias Mutombo, lors de l’ouverture à Kinshasa d’un séminaire atelier sur le développement des marchés financiers en RDC.

Selon lui, cet atelier qui devra pendre fin vendredi 9 août réfléchira sur les conditions d’émergence d’un marché financier structuré et moderne en RDC.

La BCC estime qu’il faut développer un marché financier en vue de résoudre le problème récurent de financement de l’économie congolaise.

Le marché financier met en interaction les personnes qui offrent l’argent et celles qui en demandent. Celui qui offre l’argent peut être un Etat, une entreprise, un individu ou aussi une organisation qui estime avoir assez d’argent pour prêter à ceux qui en ont besoin. Les mêmes organisations, entreprises, Etats ou individu peuvent aussi être demandeurs de l’argent.

Lorsqu’une entreprise, un Etat, un individu a besoin de réaliser un projet d’investissement et que l’argent lui manque, le lieu le mieux indiqué est de recourir au marché financier pour demander de l’argent. Et cet argent emprunté est restitué avec des intérêts dont le taux est fixé de commun accord entre l’offreur et le demandeur.


Tags assigned to this article:
RDCongo

Related Articles

L’Afrique reste compétitive

  Six des dix pays les plus dynamiques dans le monde sont africains et la tendance ainsi dégagée pourrait se consolider

Cameroun : Sonara, 6 milliards de f CFA de manque à gagner

La Société nationale de raffinage (Sonara), la seule raffinerie du Cameroun, est dans une zone de turbulence. L’audit des comptes

La vague Facebook s’attaque aux transferts d’argent

Depuis deux ans, Facebook multiplie les acquisitions comme Instagram, WhatsApp ou encore Messenger Search. Mais cette fois, son fondateur Marc

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*