Alerte Infos

Le Burkina va demander au Maroc l’extradition de Compaoré

Le Burkina va demander au Maroc l’extradition de Compaoré

Blaise Compaoré

Le Burkina va demander au Maroc l’extradition du président déchu Blaise Compaoré, a annoncé jeudi le Premier ministre de la transition, Isaac Zida|AFP

Le Burkina va demander au Maroc l’extradition du président déchu Blaise Compaoré, a annoncé jeudi le Premier ministre de la transition, Isaac Zida, ajoutant que le dossier Sankara, considéré le Che Guevara africain serait entièrement rouvert et la justice rendue.

Nous allons demander au Maroc de mettre le président Compaoré à la disposition de la justice burkinabé, a déclaré M. Zida lors d’une rencontre avec la presse nationale dans son bureau dans la capitale du Burkina.

Blaise Compaoré a fui son pays le 31 octobre pour se réfugier en Côte d’Ivoire avant de rejoindre le Maroc le 20 novembre. Le président déchu avait pris le pouvoir 27 ans plus tôt lors d’un coup d’Etat contre son prédéceseur Thomas Sankara, mort assassiné.

Le Premier ministre burkinabé, le lieutenant-colonel Isaac Zida, a également annoncé que le dossier du président Thomas Sankara (1983-1987) sera entièrement rouvert et que justice sera rendue, 27 ans après le coup d’Etat qui a emporté le père de la révolution burkinabè.

La poursuite des présumés coupables (dans l’assassinat du président Thomas Sankara) va être entreprise, a-t-il déclaré.

Le dossier (Sankara) sera entièrement réouvert et la justice sera rendue, a ajouté le lieutenant-colonel Zida qui s’était emparé du pouvoir après le départ du président Blaise Compaoré, chassé du pouvoir après 27 ans de règne sans partage par un soulèvement populaire.

Le capitaine Thomas Sankara a été assassiné le 15 octobre 1987 lors d’un coup d’Etat qui a porté au pouvoir son ami et frère d’armes Blaise Compaoré.

Lors de sa prise de fonction, le président de la transition Michel Kafando a annoncé que la tombe présumée du capitaine Sankara sera ouverte en vue d’effectuer des tests ADN pour déterminer si c’est bien son corps qui repose au cimetière de Dagnoên (est de la capitale) car des milliers de partisans de l’ancien dirigeant et sa famille doutent que ce soit bien le cas.

AFP

AFP

AFP

L’Agence France-Presse (AFP) est une agence de presse mondiale fournissant une information rapide, vérifiée et complète en vidéo, texte, photo, multimédia et infographie sur les événements qui font l’actualité internationale.


Tags assigned to this article:
Burkinacompaoré

Related Articles

Bénin: inquiétudes des autorités face à la montée du terrorisme régional

Le ministre béninois des Affaires étrangères et de l’Intégration africaine, Saliou Akadiri a indiqué mercredi que son pays s’inquiète de

Mali: 2.000 soldats français engagés au sol, objectif de 2.500 peut-être dépassé

La France avait déployé samedi 2.000 militaires au Mali dans le cadre de l’opération Serval, a indiqué le ministre français

FESPACO 2013: « Aujourd’hui » d’Alain Gomis remporte le grand prix du Fespaco

Le film Aujourd’hui du réalisateur franco-sénégalais Alain Gomis a remporté samedi à Ouagadougou le grand prix du Fespaco, le festival

2c ommentaires

Espace commentaire
  1. macktchycaya
    macktchycaya 28 novembre, 2014, 13:54

    Les uns soutiennent la démocratie à l’africaine tandis que les autres disent que la démocratie est une et universelle, c’est à ce prince seulement que l’Afrique pourra remettre les choses publiques à l’endroit car aucune démocratie ne peut se dire locale.C’est l’impunité des autorités qui dégrade les Africains ajouté à cela la corruption.J’ose espérer que ce que dit ce premier ministre actuel est vrai et que ce sera fait pour l’intérêt de toute l’Afrique. Au moins comme cela tout deviendra transparent autant que la leçon sera apprise. Il y’a pas de démocratie à l’africaine c’est une idée farfelue où les plus puissant dirigerons toujours avec le mépris des autres et du peuple, d’aucun ne pourra se prétendre être au dessus des compatriotes aucune tribu ne sera plus que l’autre la nation est une et la république une seule aussi ,,la souveraineté est populaire et non attribué à un despote.

    Répondre à ce commentaire
  2. macktchycaya
    macktchycaya 28 novembre, 2014, 13:56

    Compaoré est un justiciable comme autant d’africains. Le courage qu’il a eu pour diriger le Burkina il devra s’armer du même courage pour répondre devant le peuple de ses forfaits.

    Répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*