Le Cameroun chute de 5 places au classement mondial Doing Business 2013

Le Cameroun chute de 5 places au classement mondial Doing Business 2013

Il passe ainsi de la 156 à la 161è place, sur 185 Etats notés. Le pays a ainsi engrangé des points négatifs sur les plans des facilités à la création d’entreprise (-2), à l’octroi du permis de construire (-3), au raccordement à l’électricité (-2), au transfert de propriété (-3), à l’obtention des prêts (-7), à la protection des investisseurs (-4) et au paiement des impôts (-3).

 

Il améliore par contre son classement sur le commerce transfrontalier (+1) et l’exécution des contrats (+3), alors qu’il reste statique sur le règlement de l’insolvabilité.

 

En 2012, le rapport Doing Business classait le Cameroun comme 25è pays du monde où les réformes réglementaires ayant un impact direct sur les entreprises avaient connu le moins de progrès.

 

La même année, un rapport du ministère de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT) constatait que les réformes entreprises depuis 2010 dans le cadre du Cameroun Business Forum (CBF), une plateforme de réformes public-privé, avaient permis au pays de gagner 4 places dans le classement «Doing Business».

 

Entre 2007 et 2011 en effet, le Cameroun est respectivement passé de la 152è, 154è, 164è, 168è, 165è et 161è place de ce hit-parade mondial.

 

FCEB/od/APA


Tags assigned to this article:
CamerounDoing Business

Related Articles

Cameroun: cadavres et surpeuplement dans les prisons

  L’Institut national de la statistique (INS) du Cameroun vient de publier un rapport sur les prisons du pays. Il

Port autonome de Pointe-Noire: Congo Terminal poursuit ses investissements avec l’acquisition de deux nouveaux portiques de quai

Congo Terminal, concession de Bolloré Ports, renforce ses équipements avec deux nouveaux portiques de quai de dernière génération. Cette acquisition

Rwanda : 100 compagnies en création pour booster le développement des TIC

Positionner le Rwanda comme un pôle technologique dans la région de l’Afrique centrale. C’est le défi que se lance désormais

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*