Le centre Matumaini, remarquable engagement pour la cause féminine

matumaini

En ce jour consacré à la Femme – une seule journée par an! – j’aimerais partager le sentiment que m’inspire une Congolaise qui a forcé mon admiration et mon estime et qui mérite d’être célébrée pour son engagement remarquable à la cause féminine.

L’idée de femme Africaine évoque souvent, dans les médias internationaux, un contexte de violences de toutes sortes, de guerre, de pauvreté: les femmes, quand elles ne sont pas tout simplement invisibles, sont présentées comme victimes passives des conflits, sans ressort ni réaction positive par rapport aux événements qu’elles vivent au quotidien dans pas mal de pays.

Or, force est de constater que ce ne sont pas les exemples qui manquent de combat et de défense des droits, au sein d’ONG et de fondations diverses et auxquelles on ne fait pas allusion. Nul besoin d’évoquer Angela Davis ou Rosa Park; nous avons nos Angélique Kidjo, Fatoumata Toure, et bien d’autres qui font la fierté de la cause féminine africaine aujourd’hui.

En RD Congo, nombre de femmes de tous âges ont décidé de monter au front et de s’affirmer pour défendre leur cause et dans la foulée celles des jeunes filles.

Le centre Matumaini, crée en 2011 par Noushka L. Teixeira, est un exemple éclatant de ces initiatives. Cette femme m’a séduite et conquise par la palette de ses réalisations sur plusieurs registres, souvent avec des moyens modestes. Sa fondation a pour objectif la défense, la protection et l’éducation des jeunes filles mineures en RDC. Des jeunes filles, orphelines, victimes de violences sexuelles, des rues venant de familles en situation difficile, sont hébergées dans leur foyer de l’enfance.

Quand on connait les obstacles, les difficultés rencontrées auprès des autorités de tutelle, l’incompréhension même  au sein de la population quelquefois, on peut mesurer la force de caractère, la foi et le courage nécessaires pour accomplir ces exploits. Ce combat en faveur des jeunes filles et des femmes requiert de nous tous, au pays et via la diaspora, de bien comprendre cette problématique, de reconnaître les acteurs de bonne volonté et de les soutenir. Sans oublier que des expériences similaires doivent être favorisées et encouragées. Nous savons en effet que le développement passe par l’affirmation des femmes, gardiennes des traditions, piliers de la famille.

Je reste convaincue que ce message sera entendu et partagé par beaucoup d’entre vous: rendons hommage a notre héroïne de ce 8 mars 2017; soutenons-la et encourageons-la tout au long de sa belle aventure.

Pour en savoir plus sur la fondation Matumaini, voici les contacts:
Téléphone : +243 999 248 954
http://www.matumaini.cd
Email :  noushka@matumaini.cd


Tags assigned to this article:
Journée de la femmeRDCsocial

Related Articles

Journée de la femme: Cé nou mêm !

Femme d’Afrique, Femme des Iles, Femme pilier, Femme poto mitan, Cette force de caractère et cette dignité te caractérisent depuis

Tribune : WHO RUN THE WORLD ?

Cette année encore, le 8 mars sera l’occasion de célébrer LA FEMME ou LES FEMMES, comme chaque année depuis 100

Où sont les femmes?

Cette année encore, nous allons assister à une déferlante de constats sur notre non-représentation et à un rappel des initiatives

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*