Le Congo-Brazzaville dans le top 5 des pays africains importateurs de champagne

Le Congo-Brazzaville dans le top 5 des pays africains importateurs de champagne

Selon un classement publié par le magazine Jeune Afrique, le Congo-Brazzaville figure en cinquième place dans le top 5 des pays africains importateurs de champagne, avec 151.000 bouteilles importées en 2010.

Le Congo-Brazzaville vient ainsi après le Nigéria (593.000 bouteilles), l’Afrique du Sud (384.000), le Maroc (273.000) et la Côte d’Ivoire (161.000). Alors que les médicaments les plus courants manquent cruellement dans ses dispensaires et ses hôpitaux, qu’à son C.h.u, les malades sont transportés au dos, pour accéder aux étages parce que les ascenseurs sont éternellement en panne, que de nombreux quartiers de ses deux principales villes, Brazzaville et Pointe-Noire, n’ont pas accès à l’eau potable courante, le Congo voit sa classe bourgeoise faire couler le champagne à flot.

Boisson de prestige dont le prix d’une bouteille de grande marque peut atteindre cinq fois le salaire d’un fonctionnaire moyen, le champagne meuble, par un irrésistible effet de mimétisme, les tables de la classe bourgeoise, à chaque occasion de rencontre ou de fête comme on a pu l’imaginer lors de la dernière célébration des 70 ans de la première dame madame Sassou Nguesso dans la ville de Nice en France. Alors disons le, tant que l’or noir coulera à flot, le champagne aussi!

Oeil d’Afrique avec La semaine africaine


Tags assigned to this article:
brazzavilleChampagnecongo

Related Articles

Brazzaville: 1er anniversaire des explosions de Mpila, 17 500 sinistrés toujours sans abris

Les habitants de Brazzaville commémorent, ce lundi 4 mars, le premier anniversaire de l’explosion d’un dépôt de munitions au camp

Congo : Sassou N’Guesso convoque un référendum pour le 25 octobre

Le président congolais, Denis Sassou N’Guesso, a convoqué le référendum pour le 25 octobre 2015 en vue de l’adoption d’une

Congo: la gestion des ordures ménagères, un vrai problème urbain

C’est la grande inquiétude que partagent de nombreux citadins et les observateurs de la vie dans les cités urbaines. Dans

Aucun commentaire

Espace commentaire
Aucun commentaire Soyez le premier à répondre à ce commentaire

Espace commentaire

Votre e-mail ne sera pas publié
Required fields are marked*